actu_27982_vignette_alaune

Extrême Sensio : portrait d’agence

« Sensio, ça veut dire simple. Dès que les choses deviennent complexes, on cherche des solutions plus agiles » . C’est dans cette optique d’agilité et toujours dans une logique numérique que Lucas Denjean, Directeur Général, nous présente Extrême Sensio.

Sensio est créée en 1998 par Grégory Pascal et Fabien Potencier. « Au début, c’était une agence ‘’internet‘’» », explique Lucas Denjean, Directeur Général. A l’origine, une innovation technologique : Symfony. « On a gardé cet ADN, on continue à le nourrir et à le développer », alors que deux métiers se distinguent au sein de la structure : d’une part, les métiers de la communication digitale ; de l’autre, des métiers plus techniques. « C’est en 2012 que Sensio se sépare en deux sociétés distinctes : Extrême Sensio, l’agence 360 digital, et SensioLabs, créateur de Symfony ». Deux agences complémentaires, dont  les équipes partagent la même énergie. Grégory Pascal a l’habitude de dire qu’il a eu deux enfants : son fils, l’éditeur ; et sa fille, l’agence.

 

Lucas Denjean est arrivé au début de l’aventure, il y a 9 ans. « Je suis un pur produit de la méritocratie : de directeur de projets chez Sensio, je suis devenu Directeur Général d’Extrême Sensio ». Le cas de figure est assez commun : beaucoup de collaborateurs sont arrivés pour faire un stage et se retrouvent aujourd’hui à des postes de direction. « Nous restons une agence humaine : il y a peu de turnover, les gens sont épanouis ». La force de l’agence est d’avoir su se renouveler en permanence, trouver de nouveaux clients et développer de nouvelles activités. « Ca libère les potentiels : les gens peuvent s’emparer d’un sujet et se l’approprier. Nous favorisons l’indépendance d’esprit et la liberté de ton ».

C’est aussi possible grâce à l’indépendance de l’agence. « Nous avons un esprit audacieux, et il nous arrive de bousculer les annonceurs pour mieux servir leurs objectifs ». Extrême Sensio a la capacité d’incuber en interne des projets « qui se convertissent en mini-agences et startups intégrées », pour les projets des clients, mais aussi ceux des employés. « C’est important d’offrir un environnement de travail qui soit stimulant pour les équipes ».

 

Son modèle d’intégration permet à l’agence de maîtriser toute la chaîne de valeur du digital, du conseil à la conception, de la réalisation à l’activation. « Y compris sur le média, ce qui est assez rare : les agences sont généralement positionnées sur l’une ou l’autre des expertises que nous avons à demeure ». La conséquence directe, ce sont une maîtrise et un pilotage des résultats et une grande agilité sur les sujets. « On peut monter des équipes en fonction des projets. Les compétences ne se diluent pas : on crée des entités spécialisées qui développent les meilleures pratiques sur leur marché.. L’idée : être pragmatiques, et tenir un discours de vérité : « on garde nos clients très longtemps : nos plans sont réalisables ».

De plus en plus, l’agence est sollicitée sur des problématiques de conseil en amont des dispositifs digitaux. « Plus les sujets sur lesquels nous sommes interrogés sont larges, plus l’idée et le dispositif doivent être pertinents et cohérents ». L’agence revendique un focus business : « faire du joli pour le principe ce n’est pas dans notre mentalité. Même avec nos clients de l’univers du luxe, on sait adapter les codes du premium à la performance ». La culture du chiffre et du résultat est partagée par les équipes, quel que soit le projet. « Nous sommes dans le test & learn permanents : si une campagne ne fonctionne pas, on réajuste ».


Pour plus de simplicité, l’agence essaye de raccourcir les chaînes de décision. « On gagne en réactivité, on se concentre et on propose des délais plus courts entre l’idée et sa réalisation ». Et dans un marché où la notion de célérité est cruciale, c’est nécessaire. « Si on ne va pas vite, l’idée peut naître ailleurs ». Pour ce faire, tout le monde est écouté : « on a des process sur lesquels je suis exigeant, mais il n’y a pas de verticalité qui scléroserait l’organisation : si un stagiaire a une meilleure idée que moi, elle sera appliquée ».

Cet esprit d’équipe est renforcé par les initiatives internes. Les déjeuners sont conviviaux et partagés, « quels que soient les postes et les responsabilités ». Chaque mois, les équipes se retrouvent pour un grand apéritif et un petit déjeuner. « Sur les offres d’emploi, on précise que si les gens aiment l’apéro autant que les recos, ils sont les bienvenus chez Extrême Sensio ! ». Avis aux amateurs !

 

Retrouvez l’agence sur son site web, Twitter, Google+, Pinterest et Facebook

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.