actu_28212_vignette_alaune

4uatre : portrait d’agence

« Nous voulons que le collaboratif se ressente dans toutes nos approches » . Céline Fiaudrin et Johanne Casagrande, Directrices Générales adjointes de 4uatre, présentent l’agence et ses méthodes dans un portrait tout en complémentarités.

Johanne Casagrande et Céline Fiaudrin forment un binôme à la tête de 4uatre. « Je suis plutôt sur la partie stratégique, et Céline est directrice financière », explique Johanne Casagrande. Pour elles, tout est lié : elles sont complémentaires de par leurs cursus et leur vision « des choses et du travail en général ». Si elles collaborent ensemble depuis un an, c’est en 2002 que l’agence a été créée. « A l’origine, il y a trois Directeurs de Création, extrêmement complémentaires eux-aussi. Au fur et à mesure de l’évolution, ils ont délégué la société à deux jeunes femmes : ça montre bien leur ouverture d’esprit et leur côté très entrepreneurial », raconte Céline Fiaudrin. « C’est vrai que quand on regarde le panorama des agences de communication et de design, le management est rarement féminin, et de moins de 40 ans ». Pour elles, c’est assez révélateur de la façon de faire de l’agence. « On la pilote, mais on n’est pas seules » : à tous les niveaux importants, les équipes fonctionnent en duo ou en trio. « On croit au collectif, c’est très collégial. Les valeurs de partage et de co-construction nous définissent vraiment ».  

 

L’autre valeur importante, c’est l’ouverture. 4uatre, ce sont trois fondateurs toujours prêts à accorder une place au prochain arrivant. « Qu’il soit futur client ou collaborateur, il sera accueilli chez nous ». Derrière ce nom, il y a donc l’idée que la collaboration est au cœur du design et du branding. « Ça n’a jamais uniquement été à propos des trois fondateurs. Ils ne voulaient pas y arriver juste tous les trois ». D’ailleurs, les nouveaux locaux de l’agence accueillent d’autres entreprises et startups. « Ca nous offre un stimuli quotidien : on peut utiliser différents savoir-faire pour apporter une vision et une valeur supplémentaires. Nous sortons des sentiers battus ». Pour Céline Fiaudrin et Johanne Casagrande, il est crucial de s’imprégner des cultures extérieures. « Ça se met en place au quotidien : on réunit les collaborateurs, on leur présente des points de vue d’experts et on s’ouvre sur l’extérieur ».

La culture de 4uatre pousse les équipes à s’ouvrir et à s’épanouir. « Nous voulons garder ce côté pépinière de talents ». L’agence travaille les marques dans toutes leurs dimensions : design, mot, expérience, digital… « Forcément c’est un travail collaboratif : on ne peut pas être solitaire ». Côté équipes, on privilégie une accumulation des profils plutôt que des « gurus » pour apporter de la valeur. « On s’adapte : les annonceurs travaillent en synergie, il est normal de créer un écosystème qui le reflète ».

 

Les modèles s’adaptent d’ailleurs à chaque problématique : « il n’y a jamais une seule solution, un seul profil. On exploite tous les talents à l’agence »… et au-delà. « C’est toujours intéressant d’avoir le point de vue d’un sémiologue, d’un sociologue ou d’un expert ». La structure est souple, agile, « et plus intéressante pour nos clients ». Les annonceurs peuvent consulter 4uatre sur des champs très différents, « on aura toujours les meilleures ressources à leur proposer ». Les équipes sont montées par projet et évoluent selon les sujets, « pour proposer la réponse la plus juste possible ». Johanne Casagrande explique que c’est aussi possible grâce à la taille de l’agence : « nous sommes 35 personnes. C’est agréable : nous sommes crédibles pour les grosses entreprises et à taille humaine pour les startups et les PME. Tout le monde a besoin d’une belle marque », sans compter que les petits d’aujourd’hui sont les grands de demain. L’agence l’a bien compris…

La conséquence, c’est que certains clients suivent 4uatre depuis le début. Céline Fiaudrin parle d’une « fidélité mutuelle ». Les clients peuvent appeler à tout moment, « nous avons une facilité à répondre et une réactivité assez naturelle ». Dans un contexte économique tendu, les annonceurs ont besoin de réponses plus rapides et plus efficaces. « Ils peuvent compter sur nous, on ira jusqu’au bout : c’est ça notre promesse, quand on dit ‘’Deliver daily fresh branding’’ ». En témoigne la mise en place d’honoraires auprès de certains clients… « Ça montre une continuité, l’envie de faire sur du long terme plutôt qu’un projet unique ».

L’atout d’intégrer la partie financière au duo de tête de l’agence, c’est que tout est décomplexifié. « Tout le monde est au courant du pilotage financier en interne». L’idée, c’est que tout le monde est responsable de la santé de l’agence : « on réussit ensemble ». Avec les clients, la partie budgétaire est présentée clairement, « ça devient une annexe hyper accessible ». 

 

Aujourd’hui, une marque ne peut plus juste se piloter avec une charte graphique. « Nous sommes les alliés des annonceurs. Et on n’a pas fini de créer les outils pour les aider ». Le numérique ouvre de nouvelles opportunités pour gérer les marques, mais les innovations sont partout : dans les process, les offres… « C’est l’ensemble de l’outil industriel qui évolue au fur et à mesure, avec une vision commerciale : autrefois pensées comme un investissement, on voit aujourd’hui les marques comme une source de profit, les choses se déplacent ». Et les opportunités ne manquent pas en France. « On sent un frémissement. Le sujet de la marque émerge, et il concerne toute l’entreprise : il apporte une valeur matérielle et immatérielle ». Par rapport à un écran publicitaire qui peut se « zapper », le travail de 4uatre est plus indiciel. « On est partout, dans le quotidien des gens : les marques sont des agents de pop culture ; elles se doivent d’être belles, de créer du sens. Elles ont un rôle économique et socioculturel très important ».

 

Retrouvez 4uatre sur le site web de l’agence, LinkedIn, Facebook, Pinterest et Twitter

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.