habillage
premium1
premium1
jeune fille piscine flamand rose

Instagram a un gros problème de harcèlement de masse... et s'en fout

Le 15 oct. 2018

L'enquête parue dans The Atlantic propose des témoignages. Des quidams (et quelques peoples) racontent comment leur vie a basculé sous un tombereau d'insultes et de menaces. Le prétexte ? Ils ont eu l'outrecuidance de taper un commentaire qui n'a pas plu, ils ont affiché un petit coeur de trop, ou ils ont juste une gueule qui ne revient pas.

L'atmosphère de règlements de comptes a souvent été dénoncée chez Twitter ou Facebook. Mais ici on comprend qu'Instagram ne vaut pas mieux. Sous le vernis des photos lisses, le « no filter » s'avère franchement crado.

Au-delà des récits individuels, le papier de Taylor Lorenz tente de savoir comment les équipes d'Instagram gère le problème.

Sans surprise, Instagram a le sens de l'image. En matière de communication donc, la marque fait un sans faute. Elle a même souvent été encensée comme étant sur le sujet le media social le plus clean. Karina Newton, responsable des politiques publiques, affirme : « Nous voulons que les gens viennent sur Instagram et vivent une expérience positive : se faire des amis, trouver leurs centres d'intérêt et faire tout ce qui fait qu'Instagram est un endroit si positif ». On ne doute pas de sa parole.

C'est vrai, les amateurs de pieds pris depuis le bord de la piscine, et de steak de soja flashé en gros plans ont trouvé LA plate-forme de leur rêve. C'est incontestable. Sûrement qu'on y rencontre de nouveaux amis. Mais pour ceux qui ont le malheur de faire des rencontres qui tournent mal... la plate-forme ne fait rien. Ou pas grand chose. Si la parole des victimes ne vous suffit pas, celle des salariés pourrait vous convaincre. Ils soulignent que non seulement les moyens mis en oeuvre sont très largement insuffisants, mais que toute la mécanique des fonctionnalités favorisent les débordements.

A la lecture de ce papier, on peut se poser une question. Quand est-ce que les marques vont s'emparer de ce sujet ?

Elles ont été souvent très exigeantes avec les médias traditionnels où elles faisaient paraître leurs publicités. Il serait juste - et pour le coup fort utile - qu'elles se montrent aussi sévères avec les médias sociaux où elles aiment à mettre leur budget.

 

 

Crédit photo : Getty Images

Béatrice Sutter - Le 15 oct. 2018
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.