Royalcore, Y2K, distopiacore, Dark Acadomia... Les esthétiques de niche fleurissent sur les réseaux