premium 1
premium 1 mobile
Sans titre-2-min

Plus de 30 000 ans de données climatiques perdues à jamais

Le 24 avr. 2017

À la suite d’une panne de congélateur à l’Université de l’Alberta, plus de 30 000 ans d’histoire de carottes glaciaires prélevées dans l’Arctique canadien se sont évaporées. Une perte énorme pour les chercheurs climatologues et glaciologues.

Exposée à des températures trop extrêmes suite à une erreur technique, une partie d’une collection de carottes glaciaires prélevées dans l’Arctique canadien s’est totalement évaporée, soit l’équivalent de 12,8% d’une histoire climatique et environnementale vieille de 80 000 ans. Pour un complexe de conservation d'échantillons de glace, cela rend impossible l’analyse de bulles d’air, de particules de poussières et de pollen, témoins millénaires de l’évolution du climat.

"Lorsque vous perdez une partie des carottes de glace, vous perdez l'enregistrement des climats et des environnements passés, comme autant d'archives de l'histoire de notre atmosphère. Vous n'y avez tout simplement plus accès."

- Martin Sharp à ScienceInsider.

L’incident a eu lieu le 2 avril à l’Université de l’Alberta, Canada. Normalement stockés à -37 degrés, les échantillons ont été exposés à une température de 40 degrés. Parmi les pertes : 22 000 ans d'histoire d'une carotte ponctionnée dans la Calotte glacière Penny sur l'île de Baffin et 16 000 ans du mont Logan, la plus haute montagne du Canada, dans le Yukon.

Le complexe de conservation des carottes de glace avait coûté 4 millions de dollars canadiens à l'Université, soit 2,83 millions d'euros.

Par chance, une équipe de production qui avait réalisé un reportage sur le transport de ces précieux extraits avait demandé à ce qu'une partie soit stockée dans un autre congélateur, dans lequel les conditions lumineuses étaient plus propices au tournage... Heureux hasard et véritable soulagement pour les chercheurs qui ont pu sauver le reste des échantillons.

 

À l'image de ces données qui grouillent dans nos disque-durs, la nature, quand elle est sous l'emprise de la technique, peut tout aussi bien faire défaut à l’homme…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.