Portrait de Mickael Worms-Ehrminger, Chercheur en santé publique, enseignant, auteur et podcasteur

pjothiegh

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. Un portrait, une rencontre.

 

Qui êtes-vous ? Quelques mots sur votre parcours

M.E. : Je suis chercheur en santé publique, enseignant, auteur et podcasteur. Diplômé en sciences cognitives de l’Ecole normale supérieure, j’ai poursuivi mes études avec un doctorat de santé publique et recherche clinique à l’Université Paris Saclay, avec un focus sur les maladies psychiatriques. J’aime mêler le savoir expérientiel des personnes qui vivent la maladie mentale au savoir scientifique dans une approche hybride qui apporte une grande richesse.

 

3 dates qui ont provoqué votre déclic climatique  ?

M.E. : Je me rappelle la tempête de 1999, barricadés avec mes parents et ma sœur dans la cave de notre maison, et les dégâts qu’on a pu constater le lendemain. C’est sans doute la date qui m’a le plus marqué. Aussi, la multiplication des inondations et canicules me renforcent dans l’idée qu’il est urgent d’agir pour essayer de maitriser l’impact anthropique sur le climat et les éco-systèmes. Il m’est difficile de donner d’autres dates précises, puisque nous sommes en permanence exposés aux conséquences du changement climatique. Encore récemment, la situation catastrophique du Pakistan inondé est terrifiante, de même que les feux de forêt dévastateurs dans le Sud-Ouest de la France.

 

Les 3 romans, essais, bd, film, série, documentaires… qui vous ont retourné ?

M.E. : Je dirais le roman L’intime étrangère, de mon amie Anne Revah. En matière d’essai, je dirais Une belle histoire de l’Homme, coordonnée par Evelyne Heyer. La série belge Normal, sur les troubles psychiques, est très bien réalisée et intéressante.

 

L’engagement que vous avez réussi à tenir ?

M.E. : Quand j’étais enfant, les médecins me prédisaient un avenir plutôt sombre, je ne pourrais jamais faire d’études ni m’insérer socialement, en raison de mon handicap. Je me suis fait une promesse : leur donner tort. Et je crois l’avoir bien tenue.

 

La résolution que vous avez du mal à mettre en place (mais vous ne désespérez pas) ?

M.E. : J’aimerais pouvoir prendre plus de temps pour mes proches et moi, chose que je ne fais pas suffisamment étant souvent occupé par d’autres tâches liées à mon engagement pour la santé mentale. J’essaie d’évoluer au fur et à mesure de mes rencontres, je me remets en question en permanence et j’essaie de m’améliorer.

 

Vos 3 secrets pour soigner votre solastalgie ?  

M.E. : Le soigner, je ne sais pas. Pour apaiser l’angoisse liée aux mauvaises nouvelles de manière générale, 1. j’accepte les faits puis 2. je me concentre sur les événements positifs qui m’arrivent au quotidien, enfin 3. j’essaie de profiter de chaque journée comme si c’était la dernière.

 

La solution ou la personnalité qui vous a le plus inspirée… 

M.E. : Ces dernières années, Etienne Klein m’a beaucoup inspiré. Son engagement pour la vulgarisation scientifique m’a donné envie de poursuivre dans cette voie.

 

Vos raisons d’espérer ?  

M.E. : Tout est possible, surtout le mieux. Je l’ai vu et j’y crois.

 

Vos projets pour ces prochaines années ?

M.E. : J’aimerais développer plus avant le podcast que nous réalisons (Les Maux Bleus, dire la santé mentale) et le décliner sous d’autres formats. J’ai également commencé à écrire sur le sujet, avec une publication prévue en 2023. J’espère pouvoir poursuivre sur cette voie, et dans l’enseignement sur ce sujet encore souvent mal traité.

 

Si vous deviez résumer votre raison d’être… 

M.E. : En deux mots : aider et transmettre.

 

Mickael Ehrminger est membre de L’ADN Le Shift.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.