future-of-work-and-automation_header

Comment l'automatisation va-t-elle transformer le marché du travail ?

L'ADN
Le 21 juin 2018

Depuis qu'ils existent, on en a peur. Les robots vont-ils nous voler nos emplois ? Pas si sûr ! Tout laisse même penser qu'ils vont doper l'emploi. Explication.

Cet article a été publié à l’origine sur Redshift, une publication d’Autodesk qui s’attarde à décrypter les nouvelles façons de créer, de concevoir et de fabriquer. Il est signé Andrew Anagnost, PDG d’Autodesk.

Ponts qui tombent en ruines, routes détériorées... Les pays développés ont besoin d'entretenir leurs infrastructures, et les pays émergents ont tout à construire. Or, ni les ressources matérielles, financières ou humaines ne sont suffisantes pour répondre aux besoins d'une population mondiale en explosion (10 milliards en 2050). La demande énergétique va suivre la même courbe. Et tout laisse à penser que la pression exercée sur les resources naturelles va fortement peser sur la planète. Mais c'est sans compter sur l'automatisation des technologies, grâce à laquelle les mêmes tâches pourront être réalisées avec moins d'énergie et ressources.

Automatisation et création de nouveaux emplois

L'automatisation de certaines tâches ne va pas détruire les emplois, mais les requalifier. Et, plutôt que d'assister à une pénurie d'emploi, nous allons, au contraire, assister à la naissance de nouveaux métiers. La demande croissante d'infrastructures va entraîner le besoin de nouvelles compétences : créations, personnalisation, entretien des machines. Par ailleurs, certains robots, les « cobots », vont travailler en collaboration avec les humains.

De manière générale, la précision des robots alliés à la compétence humaine va permettre de réduire les déchets de chantier, et de ce fait, les coûts liés à l'augmentation du nombre de projets. Moins de gaspillage, moins d'énergie à fournir et plus d'économies : l'automatisation des tâches sera profitable au domaine du BTP. Les entreprises de construction pourront prendre en charge plus de projets, pour les mêmes coûts, et augmenter leur personnel en calquant leurs besoins sur la demande.

L'automatisation avait provoqué la même réaction dans le domaine bancaire. À l'arrivée des distributeurs automatiques en 1967, le public avait réagi négativement en prédisant la disparition des guichetiers. Mais le nombre d'employés de banque a pourtant continué d'augmenter, jusque dans les années 2000. Et les humains se sont occupés de tâches plus complexes, comme les nouveaux services bancaires de cartes de crédit ou d'épargne.

Développement durable

Réchauffement climatique, diminution des ressources... L'industrie doit, plus que jamais, trouver des solutions pour construire mieux, en utilisant moins de ressources. L'automatisation propose des perspectives intéressantes, notamment sur le recyclage de structures existantes d'immeubles ou d'infrastructures, à bas coût et de manière fiable. Une nécessité.

Du côté de l'automobile, le recyclage et la réutilisation peuvent permettre des engins plus légers, plus petites, économiques et moins voraces en énergie. Si, dans l'absolu, il faudrait moins de véhicules en circulation, si le consommateur avait accès à des autos moins cher et plus écologiques, combien de temps mettraient-ils à se débarrasser de leurs vieilles autos polluantes ? Le parc automobile de la planète pourrait ainsi être rapidement modernisé.

Vers de nouvelles compétences

Sans aucun doute, l'automatisation aura deux conséquences concomitante sur l'industrie : la transformation profonde de l'industrie et la création de nouvelles. Ces changements sont inévitables et devront entraîner une adaptation de la part des populations.

La jeune génération n'est pas réfractaire aux nouvelles technologies. Au contraire, elles font partie de son ADN. Les jeunes générations évoluent au gré des changements, des adaptations ou des nouvelles versions. Cette fluidité est la clé de l'industrie du futur.

Les progrès techniques laissent envisager les projets les plus fous, comme un robot capable d'emprunter une route, d'enlever et de traiter l'asphalte, puis de refaire la voirie. Ou d'autres, capables de travailler lorsque nous dormons pour construire et moderniser l'existant.

 

 

Ce sujet sera évoqué lors de la conférence « Intelligence artificielle, robotique... Quel avenir pour notre façon de créer ? » organisée par Redshift le mardi 26/06 à partir de 8h30 au Liberté Living Lab (Paris).

Pour s'inscrire gratuitement : https://bit.ly/2MMwR9e

Commentaires
  • On dépense une énergie folle pour essayer d'améliorer nos conditions matérielles de vie… et personne pendant se temps là pour se préoccuper de la démographie. 10 milliards d'humains, dont la majorité sans revenus et menés à la baguette par la petite poignée qui détiendra les richesses (et donc le pouvoir), ça risque d'être explosif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour