1. Accueil
  2. Tech to track
  3. Blockchain
  4. Les gamers, les nouveaux maîtres du jeu des cryptomonnaies

Les gamers, les nouveaux maîtres du jeu des cryptomonnaies

gamer
Introduction
Ils sont des millions, équipés d’ordinateurs ultra puissants capable de miner, c’est-à-dire de produire des monnaies virtuelles en utilisant la blockchain. L’UNICEF  leur a demandé de jouer pour “lever des fonds” au profit de la Syrie avec l’opération “Game Chaingers”. Après la #LoveArmy de Jérôme Jarre, la « blockchain solidaire » ?    

MISE À JOUR

À quelques heures de la fin de l’opération, la campagne “Game Chaingers” a récolté plus de 27 000€ (soit 83 ETH) pour un peu plus de 11 000 contributeurs.


 

Près de 711 millions de gamers possèdent un ordinateur muni d’une carte graphique, 711 millions de personnes qui ont une force de frappe suffisante pour nous aider à lever des fonds.

Lourdement équipés et habitués à passer plusieurs heures d’affilée devant leur(s) ordinateur(s), les gamers pourraient, sans même le savoir, devenir des acteurs majeurs de la crypto, en consacrant  la puissance de calcul de leurs machines à la création de monnaies virtuelles. Et l’Unicef a décidé de tenter un coup : mettre cette force latente au service d’une cause. Elle propose aux joueurs de miner spécifiquement en faveur de la Syrie et a créé une plateforme dédiée : Game Chaingers“.

 

Plus besoin de casquer !

Pensée par BETC et UNICEF France, la campagne de sensibilisation « Game Chaingers » signe la première tentative de levée de fonds réalisée grâce à la blockchain d’une cryptomonnaie : l’Ethereum. Sont aujourd’hui visés gamers mais aussi les grandes team de e-sport : « Près de 711 millions de gamers possèdent un ordinateur muni d’une carte graphique, 711 millions de personnes qui ont une force de frappe suffisante pour nous aider à lever des fonds. », explique Bao Tu-Ngoc, Head of Digital & Integrated Production chez BETC.

UNICEF France lance Game Chaingers

La mécanique du projet est simple : en mettant en commun la puissance de calcul de toutes ces cartes graphiques, les gamers seront à même de générer de la monnaie virtuelle au profit de l’UNICEF sans débourser un seul centime de leur poche. Pour relayer le projet, l’ONG compte bien entendu sur les plus grands joueurs pros et semi-pros mondiaux mais aussi sur les influenceurs et les Youtubeurs se frottant à l’univers du gaming. Certains collectifs comme ESKA-GamingEnVyUs ou encore les Français GamersOrigin se sont même déjà engagés à miner de l’Ethereum au profit de la syrie.

À l’heure où emailings insistants et racolage humanitaire dans les grandes villes en fatiguent plus d’un, les levées de fonds des ONG traversent une zone de turbulences. Et c’est peu dire, « elles sont au pied du mur », annonce Hubert Chaminade, Responsable des collectes en ligne chez UNICEF France. C’est un fait : nous donnons moins, notre empathie s’érode et les urgences humanitaires les plus effroyables du moment peinent à engranger des dons, à commencer par la crise syrienne qui dure depuis près de 7 ans. En parallèle, la population de donateurs vieillit : 71,6% des donateurs ont plus de 50 ans. Ça fait beaucoup.

L’enjeu aujourd’hui ? Trouver de nouvelles formes d’appels aux dons, mais surtout « viser de nouvelles cibles ». Plus jeunes, plus connectées et sûrement plus sensibles aux actions collectives qu’aux techniques de levées de fonds traditionnelles.

L’objectif était de trouver un levier intelligent pour mettre en place une levée de fonds gratuite, indolore mais néanmoins massive.

Plus de transparence sur l'utilisation et la destination des dons

« L’avantage des crypto-monnaies, c’est que tout le monde peut suivre le minage en temps réel et évaluer les fonds entrants et sortants. », souligne plus loin Bao Tu-Ngoc. Le temps de la campagne (qui devrait durer deux mois), un tracker live sera mis à disposition des participants et du grand public et livrera un aperçu global de la progression de la levée de fonds, pour les dons en Ethereum comme pour ceux effectués en carte bleue ou via PayPal.

« L’objectif était de trouver un levier intelligent pour mettre en place une levée de fonds gratuite, indolore mais néanmoins massive. », explique Hubert Chaminade. Plus engageante qu’une opération humanitaire standard, la campagne permet en outre de faire faire évoluer la posture souvent mécanique du donateur : de passif (appuyer sur un bouton et faire un virement individuel), il revête désormais un statut d’activiste et peut faire bouger les lignes de manière plus collaborative.

Vers une « blockchain solidaire » ?

Qui dit nouveaux outils dit aussi nouveaux acteurs. Première campagne humanitaire à faire appel à la communauté des gamers, le projet « Game Chaingers » porte bien son nom et marque un réel tournant dans le vaste historique des campagnes de sensibilisation, particulièrement à une époque où l’action humanitaire devient de plus en plus l’apanage des influenceurs, la #LoveArmy de Jérôme Jarre en première ligne.

Si la campagne fait office de Bêta test, son éventuel succès pourrait ouvrir la voie à de nouvelles opportunités en matière de « blockchain solidaire ». Seul hic, rares sont ceux qui possèdent chez eux une carte graphique suffisamment puissante pour miner de la monnaie virtuelle… Une initiative réjouissante, quoi qu’il en soit !


PARTICIPER À L’OPÉRATION « GAME CHAINGERS »

  1. Rendez-vous sur le site www.chaingers.io
  2. Télécharger le logiciel de minage qui aura été préconfiguré pour chaque participant
  3. Lancer le logiciel pour miner aux moments voulus

 

Noursachu le 2 février 2018 / Répondre

Sans déboursé un seul centimes mise à part une consommation de 50€ d’électricité par moi et une usure du matériel.

Tonton75 le 2 février 2018 / Répondre

Noursachu arrête de dire n’importe quoi, miner c’est comme jouer à un bon jeu video. Il faut que tu changes de fournisseur d’électricité si tu payes 50 euros par mois pour ton petit ordinateur lol.

Boris, de Game Chaingers le 2 février 2018 / Répondre

Hello Noursachu :)

Un gamer laissant tourner sa config de jeu, composé d’un processeur i5 dernière génération, et d’une carte graphique Nvidia GTX 1070, dépensera 0,77eur par 24h.

Il rapportera ainsi 0.0028 Ethers à Unicef, c’est à dire entre 2 et 3 euros, suivant les cours actuels.

akiff le 2 février 2018 / Répondre

Bonne idée, dommage qu’il n’y ait pas un moyen de faire contribuer les possesseurs de Mac

rhum le 5 février 2018 / Répondre

bah akiff quand tu clic sur miner tu as l’adresse du wallett de l’unicef .

tu peux installer claymore miner avec ton mac et envoyer le profit de ton minage vers leur wallet.

Dans le meme esprit quand on selectionne sur le portail qu’on utilise un OS linux , ça fournit un .exe il faut donc faire de même sous linux.

Ajouter votre commentaire