investissement-publicitaire-television

La pub TV pourrait représenter moins d’un quart du budget des annonceurs en 2022

Le 29 mars 2018

La firme américaine eMarketer prévoit une baisse drastique des achats d’espaces en télévision en 2022. En cause, la montée des services alternatifs de consommation de contenus vidéo.

Les dépenses publicitaires réalisées à la télévision américaine vont baisser drastiquement selon une étude du cabinet américain eMarketer. L’entreprise de marketing digital prévoit une diminution d’un quart d’achat d’espaces des annonceurs en 2022. C’est une baisse drastique comparée aux investissements de 2017 qui représentaient 33,9% des dépenses publicitaires. En 2018, ce pourcentage va chuter de 0,5% pour frôler la barre des 70 milliards de dollars. On est loin de 2012 où la part du budget atteignait 39,1%. La firme eMarketer prévoit cependant une hausse en 2020, année de la prochaine élection présidentielle et des jeux Olympiques d’été de Tokyo, avant une rechute à moins de 25% en 2022. Cette baisse s’explique par le transfert des audiences de la télévision traditionnelle vers un visionnage OTT (over-the-top), c’est à dire une consommation hors des canaux traditionnels comme la TV sur Internet, YouTube ou Nextflix, qui ne cessent de grignoter des parts de marché.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour