bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
apple-news-netlfix

Apple veut devenir le Netflix de l’information, mais les médias ne lui font pas confiance

Le 23 avr. 2018

Comme iMusic, Apple veut proposer un abonnement pour informer ses utilisateurs. Sauf que la marque à la pomme utilise déjà Apple News à sa guise, sans que les médias aient leur mot à dire.

Apple veut s’implanter sur le marché de l’information payante. La société a fait le premier pas dans cette direction en faisant l’acquisition de l’application Texture, l’équivalent d’un kiosque numérique. Selon Les Echos, la société a indiqué avoir « des centaines de milliers » d’utilisateurs, sans communiquer des chiffres plus précis. Moyennant 10 dollars par mois, les abonnés ont accès à plus de 220 magazines. Le savoir-faire de l’entreprise arrive à point nommé pour renforcer l’offre d’Apple News, lancée en 2015.

Selon Bloomberg, 20 personnes auraient déjà été licenciées de Texture. Le reste aurait intégré l’équipe d’Apple News pour construire le service premium. La sortie est prévue pour l’année prochaine. L’entreprise a indiqué qu’une part des revenus reviendra aux médias compris dans l’offre.

Les médias s'interrogent

Côté médias, de nombreuses interrogations se posent. Une enquête menée par Marianne, révèle que les sites dont les articles ont été repris ont vu leurs visites augmenter de manière vertigineuse. À l’inverse, lorsqu'Apple News coupe les ponts, les chiffres baissent drastiquement. Le site de Marianne a vu ses visites chuter de 35% entre octobre et novembre 2017, moment où, sans explication Apple News a fermé les vannes. France 24 a vu son trafic baisser de 35% en un mois et, le site de Paris Match perdre un quart de ses lecteurs en juin 2017, un mois à peine après avoir été éjecté de l'application.

Il faut dire qu’avec 10,6 millions d’utilisateurs d’iPhone en France, la marque à la pomme profite d’une force de frappe lourde, capable d’aider ou d’enfoncer les médias. « Quand la multinationale numérique met en avant un média, parmi sa sélection de quatre articles proposés en continu sur l’outil « News » du téléphone, elle lui permet de toucher potentiellement autant de personnes que TF1, France 2 et M6 réunis, à une heure de grande écoute », analyse Marianne.

Vers un journalisme « de qualité » ?

Apple s’est engagé dans son communiqué à un journalisme « de qualité » et à « utiliser des sources fiables » quant à son futur service payant. Pourtant, la marque manque de transparence et refuse de communiquer les critères de sélection de son application actuelle. Vingt médias font aujourd’hui partie d’Apple News, « une goutte d’eau, comparé à l’océan de 1 500 supports reconnus par Google News », sans que n’apparaissent aucune logique dans les critères de sélection.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour