Cédric Villani

Intelligence artificielle : les points à retenir du rapport Villani

L'ADN
Le 29 mars 2018

Le député LREM et mathématicien Cédric Villani rend son rapport visant à développer l’intelligence artificielle. Il propose une politique « offensive » de la donnée.

Comment faire de la France une destination rêvée pour le développement de l’intelligence artificielle. Le rapport issu des travaux de la mission Villani propose plusieurs pistes pour accélérer dans ce domaine. Au programme, ouvrir les données à tous, améliorer la formation et favoriser l’inclusion des publics actuellement exclus.

Voici les principaux points saillants de ce rapport :

  • Ouvrir les données à tous

Le principe est de favoriser l’accès, le partage et la circulation des données utilisées pour nourrir les intelligences artificielles et ce à un niveau européen. Certaines sociétés privées pourraient être contraintes de publier certaines de leurs informations lorsque le sujet revêt un « intérêt général »

  • Favoriser la recherche

Le nombre d’étudiants et doctorants dans le domaine de l’IA est insuffisant à l’heure actuelle. L’objectif est de tripler le nombre d’individus formés d’ici 2020. Dans cette logique, un réseau d’excellence de la recherche sera créé.

  • Un cloud pour l’IA

Afin de doter ces chercheurs de moyens, l’idée est de leur allouer une sorte de cloud privé. Ils pourraient ainsi bénéficier de ressources informatiques dédiées et d’un supercalculateur.

  • Intelligence artificielle et environnement

Plusieurs secteurs devront recevoir la majorité des soutiens gouvernementaux : la santé, les transports, la mobilité, la défense et la sécurité. De même, Cédric Villani précise que « l’IA peut contribuer à diminuer toutes nos consommations et à amplifier toutes nos actions en faveur du respect et de la restauration des écosystèmes ».

  • L’éthique comme dogme

Le rapport insiste sur le fait qu’il ne faut pas que les algorithmes reproduisent le racisme et le sexisme. L’idée est donc de favoriser la mixité chez les chercheurs. De même, la mise en place d’un comité d’éthique de l’IA pour organiser le débat public.

  • Plus de femmes

Actuellement, il n’y a que 10 % de femmes dans les écoles d’ingénieur en informatique. L’objectif est d’atteindre un taux de 40 % d’étudiantes d’ici à 2020.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour