1. Accueil
  2. Médias mutants
  3. DircomTech
  4. Recruteurs, gonflez vos rangs avec un bot !

Recruteurs, gonflez vos rangs avec un bot !

chatbot
Introduction
L’ADN revient aujourd’hui sur la campagne marque employeur de Vinci lancée en mars dernier. Sur Facebook, la marque avait créé un chatbot interactif à destination des candidats. Objectif : engager avant de recruter !

Chez VINCI, nous ne reprocherons jamais aux candidats d’être trop eux-mêmes !

– Anne-Sophie Maneau, Responsable Stratégie Digitale-Social Media chez Vinci.

Basée sur cinq valeurs et traits de personnalité chers à Vinci, la dernière campagne marque employeur du groupe prime sur l’authenticité et l’éclectisme de ses différents profils présents et à venir. Que vous soyez trop audacieux ou ambitieux, trop créatif, curieux ou généreux, « vous serez bien chez nous ! », clame la campagne.

Are you too much ?

Déclinée sous la forme d’un teaser et de body copy types, l’opération – 100% digitale – s’adresse directement aux candidats et entend valoriser leurs attentes en fonction du trait de caractère qui les définit le mieux.

Nous voulions être transparents, authentiques et valoriser des profils variés faisant écho aux valeurs de VINCI, des valeurs humaines qui s’exercent partout dans le monde.

– Anne-Sophie Maneau

Sur YouTube et sur le site officiel de Vinci sont parallèlement diffusés des portraits vidéo de collaborateurs filmés au cœur de l’action et sur leur lieu de travail. L’objectif ? Mettre en avant leur propension à être eux-mêmes au quotidien et prouver qu’il n’y a nul besoin de se travestir pour postuler.

Vincent est trop généreux, il est bien chez VINCI

Ensuite, il y a le volet réseaux sociaux. Déclinée de façon traditionnelle sur Linkedin et Twitter, la campagne fait en revanche peau neuve sur Facebook en y intégrant un bot Messenger. « Facebook est notre plate-forme la plus grand public », explique Anne-Sophie Maneau. « Nous y avons une large communauté de collaborateurs engagés, de passionnés et un vaste vivier de candidats potentiels », poursuit-elle.

Bref, l’endroit idéal pour activer une campagne de recrutement et engager la conversation. « L’usage du bot est une pratique qui se démocratise et ils sont utilisés au quotidien par un nombre croissant d’internautes. L’avantage, c’est que c’est un format one to one qui s’ancre dans les usages et vient personnaliser l’échange », observe-t-elle.

En parallèle, un plan d’achat média ciblé sur les internautes en affinités avec les métiers de Vinci a permis de cibler les profils susceptibles d’être intéressés. Lancé au mois de mars sur trois semaines, le bot les invitait à réaliser 5 challenges en relation avec les 5 traits de caractères évoqués par la campagne. Quizz, émojis, photos… toutes les fonctionnalités Messenger ont été exploitées. Si intéressés, les candidats pouvaient ensuite postuler ou demander de plus amples informations sur Facebook.

Nous avons développé l’un des premiers bots marque employeur qui ne fait pas de recrutement à proprement parler, mais qui propose de l’interaction.

– Anne-Sophie Maneau

Au total, 1 600 challenges ont été initiés et plus de 1 100 utilisateurs – tant collaborateurs que candidats potentiels – sont entrés en contact avec le bot. Dans 75 % des cas, les participants ont été jusqu’au bout de l’activation. « C’est un taux d’engagement satisfaisant pour une marque corporate comme la nôtre. Il n’y a eu que très peu de décrochage, donc un réel intérêt pour le dispositif ! », observe Anne-Sophie Maneau.

A la clé pour les 5 gagnants, une dotation taillée sur mesure et en lien avec chaque trait de personnalité. Pour les plus audacieux, un saut à l’élastique. Pour les plus généreux, une dotation à hauteur de 500 euros à une association soutenue par la Fondation Vinci pour la Cité. Les trop ambitieux se sont vus offrir un billet d’avion aller-retour, les trop curieux une liseuse numérique KOBO et des livres numériques et les trop créatifs, un iPad Pro !

Une démarche marque employeur qui fait sens aujourd’hui et qui a pour avantage d’atténuer la dimension « sérieuse » et institutionnelle de la marque en s’enracinant dans les usages.

Ajouter votre commentaire