premium 1
premium 1 mobile
actu_27730_vignette_alaune

Un robot peut-il faire votre job ?

Le 16 sept. 2015

Pour répondre à cette angoissante question, la BBC met en ligne un supercalculateur basé sur des travaux menés par l’Université d’Oxford.

En novembre 2014, Deloitte UK publiait les résultats d’une étude sur le sujet en collaboration avec l’Université d’Oxford. Les résultats étaient un brin effrayant puisqu’ils indiquaient que 35% des emplois au Royaume-Uni comportaient un risque élevé d’être informatisés au cours des deux prochaines décennies. 40% de ces emplois seraient a contrario à faible risque.

Des résultats à prendre avec précaution néanmoins puisqu’ils dépendent en réalité de nombreux facteurs : le secteur, la zone géographique, les revenus, notamment. Ainsi, ce serait 30% d’emplois à Londres qui seraient touchés (contre 51% à faible risque).

Au Royaume-Uni, les salariés à moins de 30 000 livres par an sont près de cinq fois plus susceptibles d'être remplacés par une machine que ceux rémunérés à plus de 100 000 livres. A Londres, les emplois faiblement rémunérés sont huit fois plus susceptibles d'être remplacés.

Face à ce constat, 84% des entreprises de Londres indiquent que leurs employés devront développer de nouvelles compétences au cours des dix prochaines années. : « Savoir-faire numérique », « Management » et « créativité » sont celles dont ils auront le plus besoin. Les compétences administratives ou en langues étrangères seront secondaires.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont pris en compte des compétences que seul un être humain peut développer dans le travail : perception sociale, négociation, persuasion, dextérité manuelle, originalité, assistance et soin de son prochain.

Pour renforcer le propos, la BBC a mis en ligne un supercalculateur qui reprend tous les éléments de cette étude : les internautes peuvent obtenir le pourcentage de risque d’être remplacés d’ici vingt ans par une machine. Il s’agit bien entendu de résultats basés sur des données britanniques. Néanmoins, cette étude menée par l’Université d’Oxford fait écho à celle produite en 2014 par le Cabinet Roland Berger  pour la France: celle-ci indique que d’ici 2025, 3 millions d’emplois en France (34%) seraient robotisés. Les secteurs les plus touchés seront l’agriculture, le bâtiment, l’industrie, l’hôtellerie, l’administration, notamment. Le classement britannique des secteurs à fort risque est sensiblement le même.

 

Faire le test -

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.