habillage
premium1
premium1
Un homme parlant à un assistant vocal, dans la série télévisée Black Mirror

Amazon Echo et Google Home : le futur des médias ?

TAPPTIC
Le 11 déc. 2017

De plus en plus de gens succombent à l’appel des smart speakers. Il est maintenant temps pour les annonceurs et les médias d’en saisir les opportunités… Une tribune signée Tapptic.

Le succès rencontré par Amazon Echo et Google Home prouve que les interactions que nous avons avec les machines sont en plein bouleversement. Il est donc raisonnable de penser que les interfaces vocales deviendront des objets indispensables au quotidien.

Il est maintenant temps pour les annonceurs et les médias de s’approprier cette nouvelle technologie. Se positionner dès à présent sur ces interfaces est crucial à plusieurs égards : la « guerre des médias » qui menace, le besoin de valoriser le contenu existant et l’opportunité de créer une expérience spécifique et interactive pensée pour l’interface vocale.

1. Vers une guerre des médias ?

Bon nombre de médias n’ont pas encore pris conscience de l’importance d’être présent sur Amazon Echo et Google Home. C’est une erreur... En effet, à la différence d’un smartphone, qui nous envoie des notifications les unes à la suite des autres, les smart speakers ont une logique et un mode de fonctionnement différents.

Ainsi, Google a déjà commencé à faire des partenariats avec certaines radios françaises : ces stations sont placées parmi les premiers choix de ses appareils, et sont installées en priorité par les utilisateurs et utilisatrices. A noter que changer une préférence inclut une modification dans les paramètres mêmes de l’assistant vocal, ce qui peut constituer un frein non négligeable en termes d’expérience.

Il est important de souligner qu’à terme il sera nécessaire de créer du contenu spécifique à ces plateformes. En effet, la voix devenant la télécommande de la machine, les interactions dans leur ensemble doivent être fluides, claires et aisées, et le contenu adapté.

 

2. Valorisation du contenu existant

Les médias ont déjà beaucoup de contenus qui pourraient être utilisés ou réutilisés sur les interfaces vocales. En ce qui concerne les articles écrits, il suffirait qu’ils soient lus pour les rendre exploitables. Pour ce faire, plusieurs solutions existent :

  • le text-to-speech : le texte est lu par l’assistant vocal, mais le résultat peut s’avérer monotone notamment à cause d’une voix très robotique et du non-respect de la ponctuation, qui induit certaines pauses et intonations dans la lecture – or il s’agit là d’indications capitales pour celui ou celle qui écoute pour la bonne compréhension et assimilation des contenus.
  • faire lire les textes par les journalistes : le bénéfice premier est d’identifier le contenu à une voix familière, connue. Cela demande en revanche plus de ressources, de temps et humaines.

En ce qui concerne les contenus audio ou radio, les adaptations sont beaucoup moins contraignantes, et la plupart pourraient être utilisés tels quels.

3. Interactivité

Les interfaces vocales ouvrent un nouveau champ des possibles en termes d’interactivité notamment par le biais d’audio-reportages grâce auxquels il est possible de créer un environnement immersif pour délivrer une information, la rendant ainsi plus concrète. Nous pourrions donc imaginer que, pour un reportage sur la Coupe du monde de football, le fond sonore soit semblable aux sons qu’il est possible d’entendre lors du match ou dans un bar rempli de supporters. Ces détails pourraient permettre aux auditeurs de se projeter dans cette situation et ainsi d’être plus sensible à l’information.
Les interfaces vocales représentent un véritable défi pour l’industrie des médias, car même si l’usage des assistants vocaux n’est pas encore totalement démocratisé, il est important pour les rédactions de se positionner et de penser dès à présent aux opportunités – d’autant plus qu’un investissement technologique à moindre coût pourrait permettre de positionner les médias qui s’y intéressent comme de véritables pionniers...

L’agence digitale Tapptic a travaillé sur de nombreux projets dans le secteur des médias, que ce soit la télévision, la radio ou encore la presse, et forte de ces expériences, a acquis une véritable expertise dans ce domaine. C’est pourquoi les experts Tapptic ont choisi de se focaliser sur ce secteur pour préparer une série d’articles sur les opportunités des nouvelles technologies.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.