habillage
premium1
premium1
un homme lit dans une voiture autonome

Malades en voiture ? Uber a la solution

Le 21 nov. 2017

Destiné aux véhicules autonomes, un récent brevet déposé par le service de VTC pourrait nous permettre de lire ou de scroller nos fils d'actualité en voiture sans avoir la nausée.

Si l’on s’intéresse surtout à l’absence de chauffeur en matière de véhicule autonome, rares sont les initiatives qui s’intéressent au confort de ses futurs-es passagers-gères. L’expérience utilisateur-trice étant l’un des piliers de sa stratégie de marque, Uber a manifestement l’intention de se positionner en amont sur le sujet.

 

Selon un récent brevet, la marque se concentrerait sur l’enjeu du mal des transports, lequel survient généralement assez rapidement lorsque nous essayons de lire en voiture. En utilisant les données issues de son système de conduite autonome, la voiture pourrait être en mesure de créer un système de stimulation sensorielle capable de se synchroniser avec nos yeux et nos oreilles. Ce système pourrait notamment être exécuté à l’aide de sièges vibrants dont les mouvements épousent ceux de la voiture. En parallèle, Uber semble aussi réfléchir à la propulsion de « fuites » d’air ou encore à l'installation d’une « barre lumineuse » censée créer un artifice visuel, à la manière d’un filtre en réalité augmentée.

Uber brevet

Fréquemment rencontré en réalité virtuelle, le phénomène de la nausée se produit lorsque nos yeux voient une chose mais que notre cerveau en ressent une autre, comme sur un bateau lorsque la mer est agitée ou durant une attraction à sensations fortes. En synchronisant ces deux perceptions, autrement dit en trompant notre cerveau, Uber entend nous permettre de nous concentrer sur d’autres activités sans souffrir des désagréments de la route.

 

« L'avènement de la technologie des véhicules autonomes aidant, l'attention des passagers pourra être axée sur des activités de rechange telles que le travail, la socialisation, la lecture, l'écriture et bien d’autres tâches comme l’organisation, le paiement de factures ou les achats en ligne (…) », explique le brevet. Une avancée qui pourrait être synonyme de nouveaux points de contact et espaces d'expression pour les marques ! Encore faut-il que passagers et passagères se sentent suffisamment en sécurité dans un véhicule sans chauffeur pour s’abandonner totalement à d’autres activités.

L’initiative pourrait également représenter un gain de temps considérable pour notre vie de tous les jours, ce qui pourrait faire pencher la balance en faveur de la démocratisation des véhicules sans chauffeur. Dans une étude réalisée par OpinionWay en juillet 2017*, seuls 18% des Français déclaraient trouver un intérêt dans l’usage d’un véhicule 100% autonome.

*sondage OpinionWay pour VMware France publié le lundi 31 juillet.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.