premium 1
Einstein
© Pîxabay

Les physiciens sont-ils les prochains maîtres de la Silicon Valley ?

KPMG
Le 5 mars 2019

Après avoir plébiscité les mathématiciens, les GAFAM jettent leur dévolu sur les physiciens pour développer leurs algorithmes de machine learning.

Dans le cercle fermé des spécialistes en intelligence artificielle, on cite souvent de brillants mathématiciens. Le génie des maths Yan Le Cun est devenu l’un des plus éminents spécialistes du domaine. Il a occupé d’importantes fonctions académiques avant de fonder le laboratoire Facebook AI Research puis de prendre le poste de Chief AI scientist.

Mais les mathématiciens ne sont plus les seuls à intéresser les géants de la Silicon Valley. À en croire le magazine Wired, les physiciens occupent désormais le devant de la scène. Leurs compétences, mêlant mathématiques et capacité à comprendre des théories abstraites, deviennent indispensables au développement d’algorithmes de deep learning par les GAFAM.

Longtemps peu reconnus

La physique a toujours joué un rôle clé dans les sciences de l’informatique. Les technologies incorporées dans les premiers ordinateurs avaient été inventées pour les besoins de la recherche en physique nucléaire. L’ENIAC, l’un des tout premiers ordinateurs a avoir été inventé, a été conçu par le physicien John Mauchly.

Mais, contrairement à leurs collègues des maths, les spécialistes de la physique ont longtemps été moins considérés. Nombreux sont ceux et celles qui ont décidé de se tourner vers la finance, en rejoignant les rangs des banquiers de Wall Street.

Nouveaux champions de l’analyse data

Mais la roue tourne. Et c’est désormais le secteur de la tech qui leur tend les bras, notamment dans les secteurs du big data et de l’informatique computationnelle. Car le développement du machine learning appelle à innover, et l’arrivée des physiciens au sein des équipes d’experts change non seulement la façon dont ils traitent et analysent la data, mais celle avec laquelle ils construisent les programmes. « On est passés d’une logique artisanale à un modèle basé sur la probabilité et l’incertitude », rapporte Chris Bishop, Directeur de la recherche en intelligence artificielle de Microsoft.

La programmation informatique rencontre les lois élémentaires de la physique. Et les nouveaux talents sont extrêmement courtisés. Stripe, Cloudant, Summingbird… ces startups ont toutes été fondées par des physiciens. Certaines, telle Cloudant, évoluent désormais dans le giron de géants de la tech (ici IBM). Alors qu’en France, le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer, entend favoriser l’apprentissage des sciences de l’informatique dès le lycée, espérons que les jeunes français sauront se faire une place parmi les futurs talents de la tech.

Pour en savoir plus sur la place des physiciens au sein de la Silicon Valley rendez-vous sur HOW.


HOW, c’est le média qui donne la parole aux experts et expertes de l’innovation.

POUR ALLER PLUS LOIN : 

I.A. : 5 idées reçues à déminer (d'urgence) pour apprendre à bien travailler avec elle

L'intelligence artificielle va-t-elle finir par transformer les créatifs en une armée de clones ?

Intelligence artificielle : tout le monde va en profiter, surtout les Américains

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.