habillage
premium1
premium1
Homme machine

AlphaGo défait le numéro un mondial du jeu de Go

Le 24 mai 2017

AlphaGo a remporté le premier des trois matchs l’opposant au Chinois Ke Jie, un peu plus d’un an après sa victoire contre le légendaire Lee Se-Dol.

Un peu plus d’un an après sa victoire historique contre le légendaire joueur Lee Se-Dol, Alphago a remporté le premier des trois matchs l’opposant au Chinois Ke Jie, numéro un mondial du jeu de Go. La confrontation, qui a eu lieu ce mardi à l’occasion du sommet Future of Go organisé par Google à Wuzhen, en Chine, s’est soldée par un demi-point d’avance en faveur de l’intelligence artificielle. Soit le plus petit écart possible.

« C’est caractéristique de son style de jeu », analyse le site américain The Verge qui explique que le but d’Alphago n’est pas d’écraser son adversaire. Il s’agit plutôt d’identifier les combinaisons qui permettront la victoire. Faisant dire à The Verge que la victoire d’Alphago semblait acquise dès les premiers instants du match.

« Elle ne peut pas me battre »

Peu avant le combat de Lee Se-Dol contre AlphaGo, Ke Jie avait pourtant annoncé être en mesure de battre l’intelligence artificielle, l’estimant « plus faible que lui ». Il avait déclaré : « Même si AlphaGo peut vaincre Lee Se-dol, elle ne peut pas me battre ». Il a ensuite refusé de jouer contre l’intelligence artificielle, de peur qu’elle n’ait copié son style de jeu, avant d’accepter.

En réalité, Ke Jie s’est déjà opposé à AlphaGo. L’intelligence artificielle s’était en effet entraînée, sous pseudo, à jouer contre les meilleurs joueurs au monde, dont Ke Jie (qui a perdu à trois reprises lors de ces sessions d’entraînement). Elle a remporté cinquante des cinquante et une parties jouées, la 51ème ayant été perdue… « à cause d’un problème de connexion Internet », comme le rapporte Le Monde.

Plus de possibilités que le nombre d’atomes dans l’univers

Ça n’est pas la première fois qu’une intelligence artificielle l’emporte sur des joueurs chevronnés. Déjà en 1997, le supercalculateur Deep Blue d’IBM avait vaincu le champion du monde d’échecs russe, Garry Kasparov. L’ordinateur, capable de calculer près d’un milliard de coups par seconde, a contraint le joueur à l’abandon au 37ème coup.

Seulement voilà : le jeu de Go est autrement plus complexe. En 2016, le mathématicien Martin Andler expliquait au journal La Croix qu’il existe « 10 puissance 170 configurations possibles. » Soit… « plus de possibilités que de nombre d’atomes dans l’univers » !

Pour l’emporter, Alphago utilise la méthode du deep learning. Autrement dit, plutôt que de calculer toutes les combinaisons possibles pour l’emporter, elle analyse plusieurs milliers de parties entre des joueurs de haut niveau. La machine fait également appel au reinforcement learning. C’est-à-dire qu’elle joue contre elle-même afin de s’améliorer. En d’autres termes, elle apprend à apprendre.

AlphaGo, trop parfait pour être humain

Après sa défaite l’année dernière, Lee Se-Dol, dont les propos ont été rapportés par le journal Le Monde, avait expliqué la chose suivante : « A l’évidence, AlphaGo est différent, avant tout parce qu’il n’est pas humain. Tout est complètement différent de ce à quoi j’ai été habitué et j’ai eu du mal à m’y faire. » Il ajoute : « […] je pense que sur des aspects de go pur, l’intelligence humaine peut être meilleure qu’AlphaGo, mais qu’en revanche psychologiquement, sur la concentration, il est meilleur. » Ainsi, l’intelligence artificielle l’emporterait, puisque délivrée des faiblesses humaines.

Mais la machine peut aussi être surprise par l’homme. Lee Se-dol avait été battu 4-1. Il avait donc remporté une partie. Plus précisément, il avait pris le dessus sur le 78ème coup. Dans un tweet, le fondateur de Deepmind avait analysé la chose de la façon suivante : « AlphaGo estimait à moins de 1 sur 10 000 la probabilité du brillant 78ème coup de Lee, donc AlphaGo a trouvé ce coup très surprenant. »

Commentaires

Répondre à Damien Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Je trouve cela extrêmement choquant ! Suis je le seul ??
    Il y aura un moment dans le futur où certains se diront que l’Intelligence artificielle n'aurait pas appris si vite si "on" ne lui avait pas donné cette chance.
    Et ce type d'essais et de "performances" en fait partie.
    Comment ne pas reconnaitre la responsabilité que chacun possède dans la transmission du savoir ? jusqu'ici nous éduquons nos enfants en le leur transmettant et en les formant. Pourquoi transmettre et partager cela avec des machines ? Quel intérêt ? Si certains le voient pour "gagner en rapidité" ou "en efficacité" ou encore en performance, d'autres sont conscients que cela n'est nullement profitable à l'Homme.
    Il est amusant que ce champion ait d'abord refusé puis a finalement accepté. J'aimerais savoir ce qui l'a fait changé d'avis car il eu mieux fait de rester sur sa première intention.
    Je sais pertinemment que beaucoup vont râler (tout en tweetant ou suréagissant à la nième photo de Gérard super-ami depuis 20 minutes sur Facebook qui a fait le con ce week end en avalant 23 hotdog sur le dos de son chien... 😉 ) tout en disant que je suis vieux jeu. Ce n'est pas grave car je n'ai que 40 ans et que je suis encore prêt à raisonner et à débattre avec eux ! Jusqu'au jour où ils me diront que j'ai l'air d'un bot...
    Alors simplement, ne laissons pas faire, réagissez vous, n'acceptons pas tout béatement, posons nous des questions et proposons car cela l'Homme peut le faire et doit le faire.