habillage
premium1
actu_29603_vignette_alaune

Les temps changent. Notre rapport au temps aussi.

Le 21 janv. 2016

Le temps court de l’immédiateté aura-t-il raison du temps plus long de la vision ? Bonne question posée pendant quatre jours aux Napoléons.

Quel que soit notre terrain de jeu - grandes entreprises, startups, media, agences - c’est après lui que l’on court, lui qui ne cesse plus de s’accélérer comme le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa a pu nous le démontrer sur la scène du centre des congrès de Val d’Isère. Et ce nouveau paradigme nous questionne dans toutes nos dimensions : en qualité d’entrepreneur, d’individu, et même de citoyen, comme Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project le détaillait lors de son intervention.

 

Réjouissons-nous ! L’immédiateté gagne du terrain et ouvre de réelles opportunités. Le marketing programmatique, décrypté pour l’occasion par Manuel Diaz, président Emakina et Luc Tran Thang, co-founder & CEO de MindLytix, présente en cela une précision dans la gestion des points de contacts jamais atteinte. Le temps de l’innovation aussi a été accéléré. Lors des hackatons menés par Bemyapp, entreprises et entrepreneurs conçoivent et produisent des applications à forte valeur en trois mois. Grâce à la fabrication numérique, le FabShop prototype ou produit des séries limitées en quelques jours. Les montres de haute horlogerie Richard Mille parviennent à sortir chaque année plus de 8 modèles, utilisant les technologies les plus avancées de l’aérospatial ou de la Formule 1, et ont réussi à imposer un nouveau tempo à un marché ou seule la tradition semblait pouvoir faire rêver. Même nos déplacements sont impactés : grâce au projet Hyperloop, on pourra bientôt faire San Francisco - Los Angeles en 30 minutes et pour 50 euros. Et cela ne sera pas simplement une coquetterie pour compresser nos agendas : cela réduira la pollution urbaine, et les méfaits des encombrements.

 

Pourtant, si la gestion du « temps court » ouvre de multiples opportunités, le « temps long » n’a rien perdu de sa nécessité. Il est celui de la vision, des projets qui s’incarnent et se déroulent forcément dans la durée. Arnaud Deschamps, président de Nespresso France nous l’expliquait : quand Nespresso investit dans la bonne gestion des plantations de café, la retraite de ses propriétaires… ce sont des projets qui exigent un suivi quotidien, sur plusieurs années et qui visent à construire en bonne intelligence un écosystème tissé par des rapports financiers certes, mais essentiellement humains.

 

Et les media restent au cœur de ces questions. Aurore Domont, présidente de Media.Figaro, expliquait l’impact de cette nouvelle donne du temps : surfer sur le temps court de l’information en continu tout en valorisant celui, plus long, de l’analyse.

 

A croire que pour tous, le temps s’est étiré, questionnant notre capacité à l’habiter à chacune de ses extrémités.

 

Pour leur troisième édition, Les Napoléons ont réussi leur pari : hybrider les compétences, ouvrir, et initier le débat entre des univers qui ne sont pas toujours en contact et qui ont tant à gagner à l’être.

A présent, il est temps de prendre rendez-vous pour les prochains rencontres des Napoléons – ce sera à Arles du 20 au 23 juillet. Et L'ADN sera fier d'en être partenaire.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.