premium1
premium1
Présentation du Tank Média

Bientôt un nouveau lieu d'innovation pour les médias

Le 13 déc. 2017

L'entrepreneur Nicolas Vanbremeersch lance un nouveau lieu : le Tank Media, dont la mission sera de proposer à l'écosystème de s'ouvrir et de se mobiliser pour innover.

Cet article est paru dans la revue 12 de L’ADN : Ordre et Chaos. A commander ici.


 

Faire émerger une génération de médias digital natives. C’est le projet de Nicolas Vanbremeersch et de Mathieu Maire du Poset annoncé dans un post sur Medium le 4 juillet  2017. De Nicolas Vanbremeersch, on connaît déjà l’agence de communication Spintank et ses locaux baptisés Le Tank : 1 000 mètres carrés qui accueillent, outre la soixantaine de salariés de l’agence, une centaine de coworkers et de nombreux événements. Au premier semestre 2018, la galaxie Tank s’enrichira d’un nouveau lieu : le Tank Media qui, comme son nom ne cherche pas à le cacher, sera totalement dédié à l’écosystème des médias. « Nous avons besoin de médias qui sachent bien raconter la société, organiser l’information, mais ils doivent aussi inventer des mouvements de mobilisation, le rapport entre la société et le pouvoir. Pour cela, il faut que l’on imagine des solutions digital natives fortes », explique Nicolas Vanbremeersch.

INSUFLER UNE NOUVELLE DYNAMIQUE SUR UN MARCHÉ QUI EN MANQUE

Le marché des médias n’a pas franchement bonne presse. On l’envisage volontiers moribond, dominé par quelques magnats attirés par un potentiel d’influence plus que par celui de la génération de revenus. C’est dommage, et d’autant plus absurde que certaines des plus belles réussites du numérique, des réseaux sociaux aux plates-formes de partage, prouvent que la création de nouveaux modèles peut être associée à de très confortables revenus. « Nous voulons ouvrir les vannes. Les médias ont, selon nous, une fonction de médiation qui ne passe pas uniquement par de la narration journalistique ou l’investigation. Des outsiders peuvent sans doute imaginer d’autres formats, en utilisant plus de data, de services… En France, depuis la génération Rue89 et Mediapart, on n’a pas eu de grandes initiatives, et la majorité des projets est portée par d’anciens journalistes. C’est bien, mais cela engendre un manque de diversité dans les compétences. Quand on voit le parcours de fondateurs, comme ceux de Vox par exemple, on constate qu’ils ne viennent pas que du journalisme, ils ont une très bonne compréhension des logiques entrepreneuriales, des business model, du marketing, autant d’approches dont les projets médias français manquent souvent. On doit pouvoir y arriver. « Et le défi est d’importance, « sinon on risque d’avoir un paysage médiatique à l’américaine, rempli de fake news, de buzz, et d’entrepreneurs façon Steve Bannon de Breitbart News qui ont une forte culture business, mais aussi et surtout des visées de propagande… Il ne faut pas que ça. Il faut générer de l’indépendance. »

PREMIER OBJECTIF DU TANK MEDIA : HYBRIDER LES TALENTS

Le Tank sait faire, a déjà fait, et compte bien appliquer la même recette au Tank Media. « Un entrepreneur n’a pas besoin d’être entouré d’entrepreneurs qui font la même chose que lui. Il a plutôt besoin de rencontrer d’autres métiers et des projets à différentes étapes de développement. » Si le marché des espaces de coworking explose, Le Tank a toujours proposé plus que des tables et des bureaux. « Des lieux beaux et sympas, maintenant, il y en a partout. Mais les gens trouvent ici une communauté avec laquelle ils peuvent échanger, et trouver de l’inspiration. » Et pour que les rencontres soient effectivement fructueuses, tout est une question de dose : suffisamment de diversité pour que chacun nourrisse la communauté de ses compétences propres, et suffisamment de connexions pour que les complémentarités paraissent évidentes. Une alchimie qui ne s’improvise pas, qui repose d’abord sur un recrutement exigeant des résidents, où le hard (la structure) compte autant que le soft (l’état d’esprit). Pour ce qui est de l’agencement, le lieu comprendra des espaces communs qui permettront aux 250 coworkers réguliers de déjeuner et de se croiser dans les temps de pause, avec des rituels tels que l’accueil des nouveaux venus et des présentations régulières des projets de chacun à tous.

ENTRETENIR L’OUVERTURE SUR L’EXTÉRIEUR

À ce stade, il s’agit surtout d’impliquer la communauté qui a d’emblée manifesté son enthousiasme pour le projet. « L’article que nous avons fait paraître a suscité beaucoup de réactions très positives, plus de 500. Les travaux du bâtiment commencent en octobre, le lieu devrait pouvoir ouvrir au printemps 2018, mais nous nous réunissons déjà pour étudier les propositions et les attentes de ce premier noyau. » Car le projet du Tank Media est aussi un défi. « La rentabilisation sera plus difficile que sur Le Tank. Là où Le Tank s’est monté sans actionnaire, avec environ 700 000 euros, Le Tank version média nécessitera une petite levée de fonds, pour faire face à un peu plus de 2 millions d’euros d’investissement. » Pour gagner de l’argent, le Tank Media devra sans doute produire des contenus... et démontrer lui aussi que le modèle des médias peut bel et bien se réinventer.

À VOIR

Article de présentation du projet : hackernoon.com/créer-un-lieu-pour-les-media-à-paris-d7c386017e80

 

Pour être tenu au courant de l’avancée du projet : nicolasspintankfr.typeform.com/to/ClpW3E

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.