Sur Instagram, les influenceurs « bien-être » profitent de la crise pour vendre n'importe quoi

À qui profite le coronavirus ? Aux influenceurs bien-être et leurs programmes détox.

Le confinement aurait tué l’influence ? Pas si sûr. Évidemment, la situation exceptionnelle oblige Instagrammeurs, YouTubeurs et autres TikTokeurs à revoir leurs contenus. Difficile pour les influenceuses mode de continuer à promouvoir des sacs de luxe et des tenues haute-couture alors que la plupart d’entre nous est confinée à la maison en pyjama (ou jogging pour les plus aventureux).

Pourtant, certains influenceurs peuvent tirer leur épingle du jeu pendant la crise. « Les acteurs de l’alimentation, du loisir, de la culture, du e-commerce, du DIY vont nous permettre à tous, et à l’économie, de tenir bon », explique ainsi Guillaume Doki-Thonon, CEO de Reech. Un commentaire qui vaut également pour les stars du bien-être sur les réseaux sociaux.

Leçon de rebranding sur Instagram

Avec une pandémie, la moitié de l’humanité confinée, des milliers de morts, des systèmes de santé en train de couler… du bien-être, on en a bien besoin. Par exemple, les influenceurs spécialisés dans le fitness ou le yoga ont vu leurs contenus pour faire du sport à la maison gagner en popularité. La coach Kayla Itsine a mis à la disposition de ses 12,4 millions d’abonnés des séances de sport gratuites.

D’autres influenceurs voient surtout dans cette crise des opportunités de business. Dans un article pour Wired, la journaliste Arielle Pardes raconte le rebranding peu subtil opéré par l’instagrammeuse Ingrid De La Mare. Sur le réseau social, elle n’hésite pas à vanter les mérites de la poudre Simplu Innulin pour « combattre le coronavirus ». En revanche sur son site Web, la poudre magique est toujours vendue comme un complément alimentaire pour obtenir un ventre plat. Qu’importe, sur Instagram, Ingrid De La Mare va même jusqu’à affirmer que l’efficacité de son produit relève de la science et que sa poudre « est plus efficace que le port du masque. » Des affirmations qui n’ont évidemment rien de scientifique.

Programme detox, thérapie à l’ozone… tout est bon pour vendre du bien-être pendant la pandémie

Malheureusement, Ingrid De La Mare n’est pas la seule influenceuse à profiter de son statut d’experte en bien-être. Dans une vidéo désormais supprimée, Krystal Nielson expliquait à ses 600 000 followers les liens entre le Covid-19 et la nourriture industrielle. Et de poursuivre avec la promotion de son programme détox.

Même recette sur le compte Instagram de Sergi Constance. Le sportif espagnol a publié un post orné de virus pour vendre son nouveau complément alimentaire capable « de combattre les infections virales ».

Le gourou du fitness Ben Greenfield mise sur la thérapie à l’ozone qui serait d’après lui « capable de tuer le virus du SRAS » et pourrait donc aussi fonctionner sur celui responsable du Covid-19. Évidemment son message de « santé publique » s’accompagne d’un code de réduction pour nous aider à acheter un Quantum 5 Ozone Generator pour la modique somme de 6 000 $.

Quand est-ce qu'on modère vraiment les réseaux sociaux ?

Les petits arrangements avec la science ne datent pas de la crise actuelle. Mais ils prennent une autre dimension en temps de pandémie. Pour certains influenceurs bien-être, c’est donc business as usual et plus encore. Et pour les géants de la Tech, la question de la modération des réseaux sociaux est plus pressante que jamais.

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.