WTF : une mère de famille crée des deepfakes pour nuire aux rivales de sa fille

Les deepfakes seraient-elles la nouvelle arme de destruction (de réputation) des mères poules ? Aux États-Unis, il semblerait que ce soit déjà le cas.

Les deepfakes, ces vidéos réalisées par des intelligences artificielles capables de nous faire croire n’importe quoi, fleurissent un peu partout sur le web. Récemment, une vidéo deepfake de Tom Cruise, plus vraie que nature, a fait le tour de TikTok. Avant cela, on avait vu le porno s’y intéresser. Puis, le monde de la pub. Et même des personnalités politiques comme Nancy Pelosi, cheffe de file des Démocrates au Parlement américain, en ont fait les frais.

Devenues quasiment monnaie courante, les deepfakes se muent en armes pour les mères de famille prêtes à tout pour le succès de leur progéniture.

Régler ses comptes à coups de deepfakes

Des jolies maisons aux barrières blanches, des bus scolaires jaunes et des pom-pom girls en jupettes… la ville de Chalfont en Pennsylvanie ressemble au décor parfait d’une série américaine pour ados. Mais depuis juillet 2020, d’étranges vidéos perturbent la tranquillité de la petite ville résidentielle de 4 200 habitants. Les entraîneurs des Victory Vipers, l’équipe locale de cheerleading, ont reçu des vidéos de certaines de leurs recrues en train de fumer, boire de l’alcool ou dénudées. Les jeunes filles présentes sur les vidéos ont, elles aussi, reçu les images en provenance d’un numéro inconnu. Problème : les lycéennes n’ont rien à voir avec ces images.

Au secours, ma mère fait des deepfakes

Les vidéos compromettantes seraient l’œuvre de Raffaela Spone, une mère de famille de 50 ans prête à tout pour voir sa fille devenir la star des Victory Vipers. À partir de photos trouvées sur les réseaux sociaux, Rafaella Spone a donc créé des deepfakes compromettantes pour évincer les concurrentes de sa fille au sein de l’équipe de cheerleading. La mère de famille a été arrêtée par la police locale et est accusée de cyberharcèlement envers des enfants. Sa fille ne semblait pas être au courant des agissements de sa mère.

En plus de montrer jusqu’où certains parents sont prêts à aller pour assurer la réussite de leurs enfants, cette folle histoire prouve qu’il n’y a pas que les petits génies de l’IA qui peuvent faire des deepfakes et les utiliser à mauvais escient. Et ça, c’est carrément flippant.

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.