premium 1
gants de boxe rouges
© Kayla Harris via Unsplash

Facebook, LinkedIn, Google : la bataille de l’emploi 2.0 a commencé

Sup de Pub
Le 20 déc. 2018

Facebook et Google ont décidé d’aller taquiner LinkedIn pour avoir leur part de gâteau du marché des offres d’emploi. Et ils ont de l’appétit. Les utilisateurs en sortiront-ils gagnants ?

Oubliez les petites annonces, la recherche d’emploi est devenue sociale. Facebook a dégainé en mai dernier « Jobs », son service de recherche d'emploi, dans 40 pays y compris la France, poursuivant ainsi sa diversification tous azimuts. De son côté, Google travaille depuis plusieurs mois sur Hire, son outil de recrutement boosté à l’intelligence artificielle. À eux deux, les géants du web disposent d’atouts qui pourraient bouleverser le marché de la recherche d’emploi. LinkedIn est prévenu.

Un positionnement différent

Leader incontesté de la recherche d’emploi au niveau mondial, LinkedIn a d’abord été adopté par les profils de cadres et les secteurs des nouvelles technologies et de la communication. Aujourd’hui encore, il existe de nombreux domaines peu représentés sur la plateforme.

Une brèche dans laquelle Facebook s’est engouffré, privilégiant les annonces pour les non-cadres, dans les secteurs du transport, de la restauration, du commerce et des services à la personne. Un positionnement local, sur des métiers en forte tension. Et avec 2,1 milliards d'utilisateurs et 70 millions de sociétés actives sur sa plateforme au niveau mondial, Facebook possède une force de frappe sans égale pour s'attaquer au marché de l'emploi.

Une longueur d’avance sur le mobile

L’avenir du recrutement est intimement lié à celui des téléphones mobiles. Une étude menée par l’Edhec et JobTeaser montre que les étudiants et jeunes diplômés scrutent les réseaux sociaux pour trouver un emploi et envoient de plus en plus de candidatures depuis leur smartphone. Être ou ne pas être présent sur mobile est donc un enjeu crucial.

À ce petit jeu, Facebook a un coup d’avance : la plateforme reste l’une des applications les plus téléchargées au monde. Quant à Google, son système d’exploitation Android équipe 88% des smartphones vendus dans le monde ! Pour rattraper son retard sur le mobile, LinkedIn a dégainé en 2016 une application pour les étudiants et se lance également dans les Stories, copiant lui aussi Snapchat après… Facebook. On s’y perd !

Une affaire de réseaux (sociaux)

Surtout, la recherche d’emploi est désormais sociale. Aujourd’hui, on ne cherche plus seulement un job, on veut aussi développer son réseau, se faire connaître d’une nouvelle manière ou pouvoir compter sur les recommandations de ses contacts. Sans compter l’importance accordée à sa réputation en ligne. Bref, ne pas être l’énième candidature sur la pile du DRH mais assumer sa personnalité et l’incarner. C’est justement sur ce créneau qu’ont choisi de se positionner chasseurs de tête et start-up comme work4, qui aide les entreprises à recruter sur... Facebook. Même Twitter s’y est mis avec le hashtag #i4Emploi. La place des réseaux sociaux est de plus en plus importante. Au point qu’en France, Facebook est préféré à LinkedIn pour la recherche d’emploi, selon cette étude de Qapa.fr.

Les données plus fortes qu’un CV

Mais plus que des réseaux sociaux, la véritable révolution du marché de l’emploi viendra du big data et de l’intelligence artificielle. C’est justement sur cette niche que travaille Google. Avec Hire, il propose aux entreprises de faciliter le processus de recrutement en faisant un premier tri dans les candidatures reçues, grâce à l’intelligence artificielle. Quand vos données deviennent plus pertinentes que votre CV… Les DRH s’y intéressent déjà : selon une étude d’Hogan, un candidat pourrait bientôt être évalué non plus sur son CV et ses expériences mais aussi sur ses habitudes de consommation, son langage ou… ses performances en jeux vidéo. Une bonne excuse pour scorer à Mario !

Commentaires
  • Excellent article, le monde du recrutement est en pleine mutation et l'arrivée de Facebook Jobs permet à de nombreuses entreprises comme Adecco, Accor ou Burger King de trouver une audience sans comparaison avec les autres supports de recrutement. C'est d'ailleurs plus de 400 000 candidatures qui ont été générées sur Facebook Jobs grace aux outils Work4.

Répondre à Guillaume Laguette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.