Communication : et si on revenait à quelque chose de simple, basique ?

Extreme

Face à la complexité croissante des organisations, la simplicité semble le maître-mot. Quand le monde qui nous entoure va trop vite, le retour à l'essentiel n'a jamais été autant d'actualité.

Une tribune signée par Jean Valentin, CEO d’Extreme 

Tout se complique.

Depuis 20 ans en agence de com', on a vu les métiers se densifier, s’enrichir mais aussi devenir de plus en plus compliqués. La preuve, de nouveaux métiers apparaissent chaque année : Data Scientist, Product Owner, UX Designer ou encore e-merchandiser.

Fragmentation & synchronisation

Pas la peine de revenir sur la multiplication par 10 des canaux de diffusion, ni de rappeler qu’aujourd’hui, les prises de parole se sont totalement fragmentées : des centaines de chaînes TV, le digital atomisé entre influence, social media, e-mailing, plateformes, carrefours d’audience, etc. Quant à la distribution, elle est diversifiée comme jamais.

Sans compter la croissante porosité entre communication consumer et corporate qui oblige à une synchronisation permanente des messages.

Agilité & Agitation

On peut parler du monitoring en temps réel qui, à force de faire tirer des bords, nous fait parfois perdre le cap.

De la confusion entre agilité et agitation : les timings sont de plus en plus en courts, comme si nous étions tous devenus phobiques de la stabilité. On ne prend plus le temps d’installer les messages. L’éphémère est le nouveau standard.

Conversation & Compétition

Il y a aussi la perte du pouvoir des marques : les consommateurs font maintenant plus de bruit que les annonceurs eux-mêmes ! Sans forcément y croire d’ailleurs, le consumérisme et les différents scandales sanitaires étant passés par là.

Dans ce contexte, piloter la conversation devient une bataille de plus dans la guerre des marques.

Combat d’autant plus âpre que leur nombre continue d’exploser depuis le début des années 2000. En effet, en 2018, l’Inpi a reçu pas moins de 95 400 demandes de dépôts de marques (vs 80 000 en 2009).

En résumé : 10 fois plus de canaux, 20 fois plus de marques et bien moins d’attention et de confiance des consommateurs…

Compliqué ? oui, ça l’est ! Alors pour nous, acteurs du marché du marketing et de la communication, pour nous, agences, un seul maître-mot : simplifier !

Simplifier l’idée pour capter !

Il n’y a rien de plus efficace qu’une grande idée exprimée avec simplicité. Nous devons penser les marques avec l’exigence de l’évidence. Une idée qui n’est pas comprise instantanément n’est pas une bonne idée.

Simplifier le langage pour se comprendre !

C’est bien connu : communication rime avec concision et précision. La révolution du langage moderne pose question. Tous ces raccourcis qui transforment la langue française (abréviations, néologismes, frenglish, emojis...) simplifient-ils vraiment la communication ?

Simplifier la relation pour mieux collaborer !

Une relation simple à vivre n’est pas toujours simple à construire. Aujourd’hui, les relations agence/annonceur durent de moins en moins longtemps. Comme dans une relation de couple, il faut prendre le temps d’apprendre à se connaître, surmonter les obstacles, se faire confiance, se parler… Ici, simplicité appelle la patience et l’empathie. « Simplifions-nous la vie ! »

Simplifier l’organisation pour performer !

La simplicité au service de l’efficacité. À quoi ressemble le fonctionnement d’une entreprise qui pratique la simplicité au quotidien ? Est-ce que ça existe vraiment ? Qu’est-ce que cela implique ? La simplicité est-elle inhérente au bon fonctionnement des entreprises d’aujourd’hui ?

Simplifier l’idée, le langage, la relation, l’organisation : quatre piliers de création de valeur pour les agences. Simple à mettre en œuvre ? Pas sûr… Mais enthousiasmant à construire, sans aucun doute.


Pour en savoir plus sur l'agence Extreme, cliquez-ici

Commentaires

  • Bof bof, vous enfoncez des portes ouvertes non? Le problème est moins la simplicité que l’absence d’idees des marques et des agences qui se copient jusqu’a l’écœurement. A l’heure de la tyrannie des réseaux sociaux et des influencers, faire simple c’est surtout une excuse pour ne pas sortir des clous. Accident assuré!

  • Excellent article. Merci Agent de Com’. Efficacité et simplicité, cela vous ressemble. Le philosophe américain Henry Thoreau a dit un jour : « Simplifiez, simplifiez ! ». Son confrère Ralph Emerson lui a répondu : «  Un seul ‘simplifiez’ était suffisant ».

Ce site utilise Google Analytics.