louis CK assis sur une canape

Un générateur de (fausses) excuses pour les agresseurs sexuels

L'ADN
Le 22 nov. 2017

Alors que les affaires de harcèlement sexuel éclatent les unes après les autres, les stars visées tentent tant bien que mal de sauver les meubles, avec des excuses qui paraissent trop lisses pour être sincères... Une journaliste n'hésite pas à s'en moquer avec un générateur d'excuses qui leur est destiné.

Qu'il s'agisse du scandale Harvey Weinstein ou du #balancetonporc, les accusations de harcèlement sexuel se multiplient. Après chaque nouvelle révélation, l’auteur présumé cherche tant bien que mal à se justifier. Il n'y a qu'à voir les réactions à la chaîne de Kevin Spacey, Louis C.K, Charlie Rose, Leon Wieseltier, ou encore Mark Halperin… 

Des prises de paroles qui ont lieu au moment où le scandale éclate, où la rumeur est tellement médiatisée qu'il n'est plus possible de nier. L’exemple le plus criant est celui de Bill Cosby, qui a étouffé les accusations qui le visaient pendant un bon bout de temps...

Mais force est de constater que ces prises de parole sont souvent maladroites, et brandissent des arguments qui n'en sont pas : le fait d'être père de famille, par exemple, est souvent mis en avant dans une vaine tentative de faire acte de contrition, la jeunesse inconsciente au moment des faits, l'alcool...

En analysant cette triste routine, Dana Schwartz a créé le Celebrity Perv Apology Generator. Le but de la journaliste était de « démontrer à quel point ces excuses sont devenues des déclarations de façade, comme une tentative désespérée d’éviter d’avoir à faire face aux conséquences. »

Le générateur donne des résultats absurdes - qui font malheureusement écho à une triste réalité...

Quelques exemples :

 

Mon souvenir de la soirée des Golden Globes 2009 diffère complètement... J'ai terriblement honte (je ne suis pas désolé, cela voudrait dire que je suis coupable). Je pensais vraiment qu'une femme serait ravie de découvrir le micro-pénis d'un quinquagénaire ventripotent ! Je me rends compte que je me suis trompé... C'est pour cela, qu'en conclusion, j'ai choisi de devenir gay. Et si vous critiquez mon comportement, cela fera de vous un-e homophobe.
Et le petit préféré de la rédac' : « En tant que père, ces accusations à mon encontre sont troublantes. Je me rassure en me disant que j’ai toujours demandé avant de "faire pouêt pouêt" avec ses seins ou de lui proposer de me regarder prendre ma douche. Je me rends compte à présent que mon comportement était inapproprié. Pour conclure, je vais supprimer mon compte Twitter, je déteste voir que des gens sont furieux contre moi. »

Ce n'est pas la première fois que l'humour permet de se sortir de l'horreur des agressions sexuelles. Récemment, l'organisme It's On Us avait sorti une campagne détournant les excuses improbables des agresseurs, en les transposant dans des scènes de la vie quotidienne... Et dans la bouche de femmes !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.