actu_26882_vignette_alaune

Robot sexuel et sentimental

Le 15 juin 2015

A tous les adeptes des poupées gonflables, voilà le niveau au-dessus : un robot sexuel capable de faire autre chose que l’amour. Ces Galatée nouvelle génération bougent les yeux, la tête, et s'adressent aux utilisateurs...

Matt McMullen aime sculpter des corps de femmes. Il en a fait son métier en créant RealDoll, une société spécialisée dans la fabrication et le commerce plutôt lucratif des « poupées d’amour ». En effet, selon ses estimations, Matt McMullen aurait vendu environ 5 000 poupées (personnalisables jusqu’aux doigts de pieds, et à taille humaine) depuis 1996  (chaque modèle coûtant entre 5 000 et 10 000$). S’il a déjà déposé un brevet pour que ses poupées puissent cligner des yeux, McMullen a décidé de pousser la performance un peu plus loin.

Avec son nouveau projet, Realbotix, il s’attèle à « animer » la poupée. Avec une équipe constituée d’ingénieurs, il produit de véritables humanoïdes. Les yeux bougent, la bouche s’ouvre (léchouille incluse), et l’intelligence artificielle est intégrée. Pour le moment, les tests ne sonnent pas très vrais : la voix des robots est moins naturelle que celle d’une messagerie vocale... Son objectif n’est d’ailleurs pas de faire en sorte que les utilisateurs confondent la poupée avec un être humain, mais il espère tout de même pouvoir les faire interagir pendant le rapport sexuel. Aiment-elles ce qui est en train de se passer ? Peuvent-elles avoir des préférences ?

« Mon but est que les utilisateurs développent un sentiment amoureux pour ces êtres ». Matt McMullen s’attache à ne pas parler de poupée… « Je veux qu’ils développent un attachement émotionnel non pas envers le robot, mais envers sa personnalité ». Pourquoi pas… Attention à ne pas se perdre dans la « vallée dérangeante » : selon une théorie du roboticien Masahiro Mori, plus un robot ressemble à un être humain, plus il a de chances de se faire rejeter par l’Homme (à moins qu’il n’atteigne un certain niveau de perfection dans l’imitation).  

En parallèle, l’entreprise travaille sur une application de réalité virtuelle qui peut être utilisée avec ou sans la poupée physique. 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.