premium 1
premium 1 mobile
Des vêtements de la collection Halloween de H&M

Comment les marques de fringues s’emparent d’Halloween

Le 30 oct. 2017

A chaque saison son occasion : les retailers thématisent de plus en plus leurs offres. Et le prêt-à-porter n’est pas en reste…

Surfer sur l’actualité, oui, mais pas n’importe comment : les marques les plus populaires du prêt-à-porter n’hésitent pas à mettre en scène leurs collections au fil des saisons. Si Noël a droit à son lot de pulls enrubannés, Halloween devient, de plus en plus, l’occasion de jouer avec les couleurs et les matières. Sans pour autant se transformer en costumier, le prêt-à-porter fait preuve d’inventivité.

WGSN INstock, plateforme d’analytics spécialisée dans le retail, a compilé les données de plusieurs distributeurs et dévoile les tendances de cette année.

Côté matière, le vinyl est le grand vainqueur de cette année, avec une augmentation de 495% en termes de ventes par rapport à l’année dernière. Plutôt que de proposer des costumes, les retailers préfèrent jouer avec des matières accessibles qui permettent d’accessoiriser les tenues. Dentelles et mailles sont aussi au rendez-vous.

Missguided, par exemple, choisit de varier les matières pour se mettre dans l’ambiance sans nécessairement afficher un lien avec Halloween.

Une stratégie également adoptée par River Island : si les équipes proposent bel et bien une collection brandée Halloween, celle-ci n’est composée que de vêtements et accessoires « que vous pourrez porter à d’autres occasions. C’est garanti ».

Au Royaume-Uni comme en France, certains osent affirmer plus clairement leur positionnement, et l’on retrouve les traditionnels araignées, squelettes, et autres citrouilles parmi les imprimés comme chez Zara, qui met en vente des sweats estampillés de citrouilles ou de chauve-souris.

Si H&M propose des bodies parés de cages thoraciques, des sweats ornés de monstres poilus ou d’yeux injectés de sang, la marque va un cran plus loin et fait partie des rares retailers à imaginer des déguisements complets avec des combinaisons de licorne ou de dinosaure, par exemple.

La pop culture ne manque pas de s’inviter dans des collections dédiées. Le retour de Stranger Things en TV avait déjà inspiré les créateurs lors de la Fashion Week. C’est confirmé : les marques grand public saisissent aussi la tendance, à l’instar de Topshop qui a dévoilé sa collaboration avec Netflix.La collection Stranger Things de Topshop

Alors qu’Halloween reste encore confidentiel en France, la tendance qui se dessine Outre-Manche pourrait bien témoigner d’un intérêt grandissant de la population pour cette fête : d’après une étude de Marler Haley, les recherches concernant Halloween ont dépassé celles sur Noël au Royaume-Uni. Un phénomène qui se vérifie évidemment au-delà du textile : Rosalind Brown, Directrice Marketing chez Coca-Cola au Royaume-Uni, explique qu’Halloween « incarne désormais l’une des plus grandes occasions dans la distribution (…). C’est un marché en croissance, largement soutenu par les millennials. Les retailers doivent réagir vite ! »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.