premium1
premium1
actu_11201_vignette_alaune

Qui sont et qu'attendent les électeurs en ligne?

Le 5 déc. 2011

MPublicité et Harris Interactive publient une étude présentant les profils des "électeurs internautes", leurs comportements et leurs attentes en terme d'informations pour les présidentielles.

Que ce soit pour les candidats, comme pour les internautes, la présidentielle se passera plus que jamais sur internet. Les changements des comportements et usages des internautes, l'accélération du rythme des informations, désormais immédiates ont bouleversé les codes.

Des informations immédiates circulant sur les réseaux sociaux, la force de recommandation des utilisateurs de Facebook à leurs amis à ne pas mésestimer.  Les politiques semblent parfois en phase d'expérimentation, "leur autre difficulté, ne prévoit pas le buzz négatif... ils peuvent s'inquiéter de l'arme de destruction massive qu'est le smartphone, comme l'a expérimenté Ségolène Royal" souligne Nabil Wakim, co-responsable de la newsroom politique du Monde. Les politiques devront prendre en compte également la place des images et des vidéos et leur puissance virale incontestable. "Ce que veulent les gens c'est débattre." conclue Nabil Wakim.

 

Quel est donc cet électorat, quels sont ses comportements, usages et quelles sont ses attentes?

L'étude "Un nouvel électorat digital, comportement et attentes", en dresse le portrait. 98% des répondants ont l'intention de voter aux présidentielles même si 52% d'entre eux sont dans l'indécision et n'ont pas fait leur choix.

Ils sont 66% à déclarer suivre l'action politique avec intérêt, 71% en période électorale. Ils sont 50% à suivre l'actualité politique tous les jours ou presque. La presse et la radio sont les supports auxquels les répondants accordent le plus d'importance pour les aider à se faire leur propre opinion. "Ce sont les media dit traditionnels qui participent à la construction de l'opinion" précise Elisabeth Cialdella, directrice déléguée marketing et communication de M Publicité.

Les électeurs internautes utilisent en priorité les sites d'infos des marques media pour s'informer sur l'actualité politique: 56% les marques de presse, 23% les marques de télévision, 21% les marques de radio et 19% les pures players. " Les marques "Print native" ont la capacité à transformer leur valeur sur le digital" ajoute Elisabeth Cialdella. En effet, une caution est accordée au travail journalistique.

Ce que recherchent les internautes c'est de la clarté, de l'impartialité, de la diversité, du temps réel et une caution intellectuelle. Ces électeurs sont bien évidemment présents et actifs (partagent, relaient, s'informent, expriment leurs goûts et opinions...) sur les réseaux sociaux pour 64% d'entre eux, et 25% suivent l'actualité politique sur Twitter (10%) et Facebook (22%).

Selon l'étude, plus l'électeur internaute est adepte du participatif, plus sa fréquence de participation est élevée, Ils sont 66% à avoir une posture participative dans leur recherche d'actualité politique, 35% laissent une évaluation sur ce qu'ils lisent, 36% postent des commentaires....

 

Quatre profils sont décryptés en fonction de leurs comportements sur la toile: le e-électeur distant (26%), l'averti (35%), l'agile (23%), l'addict (16%)

Les distants sont majoritairement des distantes (71%), CSP-(32%) de moins de 50 ans (83%) en recherche d'informations incontournables ou utiles à la vie quotidienne. Les avertis sont des CSP+(45%), hommes et femmes de moins de 50 ans qui suivent l'actualité politique quotidiennement. L'e-électeur agile, est plus curieux, ouvert et très actifs. L'addict a lui moins de 35 ans, est sur-équipé et connecté à l'actualité en temps réel et férus d'information politique. 

 

Quels sont les dimensions de contenus qu'attendent ces quatre profils?

69% souhaitent plus d'approfondissements. Ils veulent notamment des articles expliquant ou comparant les programmes des candidats, plus de récits sur la vie & la personnalité de ces derniers, des dossiers spéciaux sur les thèmes des campagnes. Ils attendent une diversité des formats: des graphiques, des vidéos, des cartes...et connaitre la campagne vue de l'étranger.

48% d'entre eux souhaitent plus de débats entre politiques, mais aussi entendre les  experts et journalistes, de l'actualité en temps réel et des retransmissions en direct.

Ils espèrent également plus de proximité, de services (31%), avoir accès à une information locale, à des informations pratiques concernant la campagne... enfin, 17% souhaitent plus d'interactivité avec les journalistes, plus de chats avec les candidats et avoir la liberté de commenter...

Ce sont les pistes que les rédactions du Monde expérimentent depuis quelque mois autour de la Newsroom politique, née de la fusion des rédactions Print et web, pour laquelle 50 journalistes officient.  "Ce projet pilote est une expérience pour le journal qui va se décliner sur d'autres services du journal" explique Serge Michel, directeur adjoint des rédactions du Monde. L'équipe élabore entre autre déjà "Une année en France". Ce contenu présent en ligne sous forme de huit blogs (8 villes), une page dans le journal sous forme de portrait, des web documentaires, des vidéos, des live..

Un partenariat avec Linkfluence propose des cartographies de la blogosphère politique, les formats live se multiplient. Le live de la dernière soirée des primaires avait réuni 350 000 lecteurs dans la soirée. Un jeu Serious Game a fait participer 180 000 joueurs. D'autres formats vont voir le jour, un décrypteur de discours politiques, un comparateur de programmes, et des quizz.

 

Côté publicitaire, la régie MPublicité a élaboré une offre "hub digital" permettant aux annonceurs d'être présent pendant une semaine sur trois écrans (smartphone, tablette, et web).

 

 

Virginie Achouch

 

Retrouvez l'intégralité de l'étude ici

Retrouvez l'offre de M Publicité là  offre_mpublicite_presidentielle.pdf

L'ADN - Le 5 déc. 2011
premium 2
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.