habillage
premium1
premium1

Que faire contre le désamour des français pour la publicité

Le 14 juin 2011

La septième édition de l’étude Publicité & Société menée par l’agence Australie avec TNS Sofres met en lumière la relation directe entre le fait d'aimer la publicité et l'appétit de consommation. Cette étude annuelle est réalisée auprès d’un échantillon national de 1 000 personnes, représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans.

Le moral des Français chute en 2010, mais l'année 2012 devrait être différente car la période éléctorale est une période d'espoir. Espérons le, car du coup les français affichent un pessimisme très fort, défiants les institutions, la vie politique ... ce désamour n'épargne pas la publicité, leur note de coeur est de 4.2/10 et 80 % d’entre eux s’en désintéressent, elle représente plutôt une source d’ennui.

Les publiphobes sont en augmentation représentant plus d'un tiers des répondants contre 14% de publiphiles (ils étaient 16% en 2009) car selon Edouard Lecerf Directeur Général de TNS Sofrès: " la publicité représente une institution, donc elle est stigmatisée".

En revanche, les publiphiles qui sont à priori plutôt des hommes de moins de 35 ans, apparaissent plus optimistes que la moyenne, plus ouverts, se projetent plus dans l'avenir et "adoptent certainement une posture plus distanciée"  précise Edouard Lecerf. Donc ces adorateurs de la publicité, plébiscitent les grandes marques, leurs sont fidèles, et ont du plaisir à les acheter(78%).

Comment plaire au reste de l'audience? Les résultats de l'étude démontrent que pour plaire, la publicité doit être utile et distrayante, ce sont les deux critères que les français ont retenus comme les plus pertinents.

Pour Vincent Leclabart, Président de l'agence Australie : "la transgression dans la publicité ne suffit plus... être en rupture est bon pour le buzz médiatique mais pas fondamental pour les telespéctateurs" et concluant "la publicité ce sont des petits spectacles qui doivent faire passer un message le plus agréablement possible". Donc bientôt sur vos écrans plus de bonne humeur, d'humour et de légereté.

 

Virginie Achouch

 

 

Retrouvez l'intégralité de l'étude ici  publicite-societe-2010.pdf

L'ADN - Le 14 juin 2011
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.