actu_2743_vignette

Principales tendances du secteur des télécommunications en 2010

Deloitte distingue les principales tendances du secteur des télécommunications en 2010.
Les « Technology, Media & Telecommunications Predictions 2010 » de Deloitte, qui entrent dans leur neuvième année, présentent les tendances émergentes dans le secteur des TMT devant marquer en 2010 les entreprises et les consommateurs. Elles sont le fruit des recherches sectorielles d'équipes dédiées de Deloitte Research, qui comprennent des entretiens avec des analystes et des dirigeants du secteur des TMT à travers le monde et s'appuient sur l'expérience pratique de plus de 6 000 spécialistes des TMT des cabinets membres de Deloitte.

 

« Nouveaux usages, comme la voix sur IP à partir du mobile, et recherche d'efficacité économique vont marquer l'année 2010 » résume Etienne Jacquemin, associé en charge de l'industrie TMT Deloitte France.

 


Le téléphone intelligent devient un terminal de recherche

La maîtrise de la recherche mobile dominera le marché du smartphone en 2010. En dépit de prévisions de chiffres d'affaires modestes, entre 1 et 2 milliards de US$, les fournisseurs dépenseront plusieurs fois ce montant pour s'y assurer un positionnement stratégique. A fin 2010, la recherche mobile sera une des cinq applications smartphone les plus utilisées. Cette fonction sera déterminante dans les futures plates-formes de la téléphonie mobile, avec des accords de partage de revenus clés pour la réussite de ce modèle économique, tout comme le cofinancement des subventions des smartphones par les opérateurs et les plates-formes de moteurs de recherche. Les développeurs devront diversifier leur offre d'interfaces pour répondre à la variété des environnements utilisateurs et développer les technologies nécessaires à l'intégration de multiples applications stores.



La voix sur IP mobile devient un réseau social

2010 pourrait être une année d'inflexion de la VoIP sur portable - communication voix s'articulant sur un réseau fixe IP - du fait de l'augmentation du nombre de téléphones WiFi compatibles, de la multiplication des points d'accès WiFi et de l'augmentation des communications one-to-many. Dans les trois années à venir, la VoIP mobile pourrait « peser » plus de 30 milliards US$ au niveau mondial.  Si ce trafic était rerouté sur WiFi, la VoIP mobile soulagerait le réseau cellulaire et les opérateurs secondaires pourraient voir baisser les coûts de terminaison d'appel sur les marchés où celui qui appelle paie.  Les entreprises pourraient profiter des appels gratuits pour faire passer des messages publicitaires, confortant ainsi la valeur du marché de la téléphonie mobile.  Si la VoIP mobile fait baisser le chiffre d'affaires des opérateurs, les investissements sur les réseaux pourraient chuter  et menacer le déploiement de l'infrastructure de la prochaine génération.  Les portails comme Yahoo ou Facebook pourraient promouvoir des applications de la VoIP mobile en aiguillant le public vers les versions smartphone de leurs sites.

 

 

Des technologies de télécommunication qui décongestionnent le réseau mobile

Avec près de 600 millions de connexions mobiles haut débit, 2010 pourrait voir arriver l'équivalent sans fil d'un embouteillage.  Les technologies de télécommunication permettant d'améliorer la performance des réseaux sans fil actuels devraient connaître une croissance sur l'année bien plus forte que l'informatique en général, de 100% pour les sociétés leaders et de 30 à 40% pour les autres. Les fabricants de smartphones qui optent pour des technologies sollicitant moins les réseaux auront également un avantage compétitif.  A défaut, des techniques telles que la tarification au compteur et la gestion de trafic pourront être nécessaires.

 

 

La chasse au coût de la décimale

La règle des 99,999% (règle des « cinq neuf ») en matière de fiabilité de service, implicite jusqu'à présent, pourrait être reconsidérée en 2010.  Un passage à « trois neuf » peut sembler insignifiant, mais la perte de qualité en résultant serait plus que largement compensée par les économies en investissements et maintenance. Une meilleure compréhension de ce qu'impliquent les niveaux de qualité demandés ou implicites sera clé en 2010 pour définir des engagements clairs. Les fournisseurs et prestataires devront pouvoir mesurer les conséquences des changements de qualité de service et les responsables des achats devront revoir les exigences des utilisateurs internes et leur tolérance aux périodes d'indisponibilité.

 

 

Les contrats « 2.0 » - Les contrats à long terme plus courts et diversifiés

Des perspectives économiques incertaines, une moindre fidélité aux fournisseurs et un certain consumérisme, voire des achats « pay-per-use », devraient conduire à une remise en cause des contrats forfaitaires de longue durée. La difficulté de faire exécuter les contrats pourra conduire les fournisseurs à varier les formules, orientées vers des périodes plus courtes et à la carte, en fonction de l'utilisation.

 

 

Régime minceur et vert pour les télécoms

En 2010, l'industrie des télécommunications dans son ensemble se focalisera fortement sur  la réduction de ses émissions de CO2, la maîtrise des coûts étant une motivation partagée par les pays développés comme ceux en développement. Plus grande efficacité des réseaux, interrupteurs automatiques, standardisation des chargeurs, basculement des trafics entre réseaux fixes et mobiles, compteurs mesurant la consommation en haut débit figurent parmi les pistes pour contribuer à cette plus grande efficacité énergétique.

 

 

- Télécharger l'étude dans son intégralité -   deloitte_telecoms_predictions-2010.pdf

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.