actu_16255_vignette_alaune

Mode: 1 français sur 10 achète sur mobile

Les français n'achètent pas encore sur le mobile mais sont influencés (32%) par une source internet lors de leurs achats de vêtements ou d’accessoires de mode.

Selon l’étude « mode & digital »  réalisée par la régie Express Roularta Services et l’agence Elan , aujourd’hui la mode est avant tout un moyen de se distraire et une façon de s’exprimer (2/3 des répondants).  Si 82% des répondants ont déjà acheté des vêtements en ligne, seulement 1 personne sur 10 déclare avoir déjà acheté  sur mobile. Pour 52% d’entre eux, le Smartphone ne correspond pas à une fonction d'achat.

1 personne sur 2 dispose d’un budget mensuel compris entre 50 et 150 euros pour l’achat de vêtements. 1/3 d’entre eux déclarent dépenser plus de 150€ par mois (population CSP+).

Sans surprises : les hommes sont plus rationnels que les femmes qui elles sont rêveuses.  56% des hommes entrent dans un magasin avec une idée bien précise en tête et ne cherchent que ce qui leur correspond, contrairement aux femmes (35%) qui aiment flâner d’un magasin à un autre sans toujours acheter. Ils font du shopping (57%) pendant les périodes de soldes et ventes privées, elles, elles achètent toute l’année.

L'étude révèle par ailleurs qu'il existe trois profils d'acheteurs : les Community Influenceurs ( 41% sont fans de pages Facebook de marques dont ils attendent des événements VIP (49%) et des informations exclusives (67%), ils sont fans des blogs et autres sites de partage tels que Polyvore, Fancy, Pinterest (ind. 150)), les Personal Observers ( Ils se disent influencés par les blogs, sites des marques, sites medias, plateformes de partages, réseaux sociaux) et utilsent les fonctions de recommandations des sites (30%, ind. 130). Les magazines de mode restent leur principale source d’information (42%, ind. 117). Ils achètent en ligne, sur mobile (15%, ind. 178), principalement sur les sites des marques et les Real Life Followers ( Ils ont un comportement shopping très pragmatique et rationnel « quand je n’ai plus rien à me mettre » (39%, ind. 173). Ils ne pratiquent pas le shopping en ligne (88%), se disent pas ou peu influencés par des sources d’information digitales (86%, ind. 126) mais plutôt par leur entourage  et la rue.)

 

Au-delà de cette étude, le thème de l'e-reputation des marques et les enjeux pour ces dernières dans le web social ont été abordé par Nicolas Narcisse, vice-président de l'agence Elan. Comme il l'a précisé : "La réputation est devenue sociale, avec le web la mode n'est pas epargnée ...Tout aujourd'hui peut faire l'objet de conversation autour d'une marque même des sujets corporate, la fabrication de ses produits, les questions sur la pollution, le marketing, le social, le développement durable - Elles doivent désormais anticiper sur de nombreux sujets, ". Les marques doivent par conséquent gérer la multiplication des points de contacts infinis avec le digital, surveiller les conversations et les anticipées. 

 

Retrouvez ci -dessous l'intégralité de la présentation

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.