habillage
premium1
Jim Carrey Typing test

Travailler dans le web et finir par le détester

Le 10 juill. 2017

D'après une étude, 42% des personnes travaillant dans le numérique envisagent de quitter le navire Internet. Tous sous l'eau ?

Lassés, usés, fatigués... Les acteurs du numérique ont beau aimer leur métier, ils envisagent pour beaucoup de le quitter. D’après une enquête réalisée sur le Blog du Modérateur auprès de 1 258 professionnels du digital entre mai et juin 2017, 42% des personnes interrogées envisagent de « quitter Internet ». 10 % d'entre eux ambitionnent même de le faire très prochainement, « à court terme ». Autrement dit, se reconvertir dans un métier n'ayant aucun rapport avec le web.
Une lassitude due au stress ? 48 % des répondants disent le subir, et particulièrement les personnes exerçant les métiers de bizdev et de chef de projet (contrairement aux métiers du design et de l'acquisition qui arrivent dernier).
Surtout, certains professionnels du digital pointent l’inutilité de leur travail. Ils sont 26 % à estimer exercer ce qu’on appelle communément un « bullshit job ». Enfin, 70% pensent changer d’entreprise d’ici deux ans, 86% d’ici 5 ans. « Les professionnels du digital, précise l'étude, sont résolument mobiles et s’attendent à une carrière très mouvementée ».
La surcharge de travail serait la principale cause de stress. Ainsi, 55 % des sondés se plaignent d'une charge de travail trop importante. Suivent les  « objectifs trop élevés » (53%), les « conflits avec les collègues ou la hiérarchie » (36%), la « nécessité d’être connecté en permanence » (32%) ou encore les « conflits liés aux valeurs (éthique, 27%). »
Pour autant, 61% des professionnels du digital se disent « heureux » au travail et une très large majorité (84%) aime son métier. Le SEO, SEA, le community management ou encore les métiers de la communication sont les trois secteurs les plus appréciés avec respectivement 90%, 89% et 89% d’opinions favorables. Légère différence, toutefois, concernant les attentes des femmes et des hommes envers leur métier. Si les hommes placent la rémunération comme étant le critère le plus important (64%), les femmes ne placent ce critère qu’en troisième position, derrière leur équipe (67%) et leurs missions (73%).
Ivan Capecchi - Le 10 juill. 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.