premium 1
premium 1 mobile
bureau

RH, vos collaborateurs sont aussi vos clients !

Le 15 mai 2017

Hyper-connectivité, main d’œuvre élargie, collaborations transversales… La transformation digitale accompagne aussi les mutations du métier de Responsable des Ressources Humaines. Revue de ces transitions actuelles et des tendances phares qui vont s’implanter en France.

Afin de s’adapter aux exigences des nouvelles générations d’employés, répondre à l’appétence des collaborateurs en termes de leviers de communication et d’interactivité, gagner en efficience pour répondre aux attentes des salariés sans augmenter le coût, la fonction RH doit, plus que jamais, se réinventer.

C’est le constat posé par la conférence d’actualité organisée par l’organisme EFE, spécialiste en formations métiers (Groupe Abilways) le 27 avril dernier.

On le rabâche à toutes les sauces : agilité et résilience sont désormais l’approche incontournable à adopter pour faire face aux défis de la transformation digitale. Étroitement liées aux objectifs stratégiques d’une entreprise, les Ressources Humaines se sont aussi réappropriées certaines dynamiques propres au numérique et aux nouvelles attentes des salariés.

Nouveaux leviers de communication interne (on assiste aujourd’hui à l’arrivée de  Chief Happiness Officers, tout droit venus de la Silicon Valley), nouveaux métiers, nouvelles compétences à engranger, nouveaux collaborateurs - millennials en tête de proue - relations collaboratives et espaces de travail décloisonnés… toutes les entreprises sont concernées par ces mutations et les RH ne font pas figure d’exception.

Hyper-connectivité et nouvelles modalités de travail

Les critères culturels et automatismes attribués aux Digital Natives ou générations Y et Z sont désormais classés sous la terminologie « Génération C » (Génération connectée). Leur dépendance aux technologies, leur exigence d’immédiateté - tout, tout de suite, n’importe où, n’importe quand - résumée par l’acronyme ATAWAD (Any Time Any Where Any Device) et le développement d’une certaine ubiquité digitale exprimée par l’acronyme FOMO (Fear of Missing Out) leur confèrent une nouvelle dynamique de travail que les RH doivent savoir appréhender.

« Un collaborateur heureux est un collaborateur engagé, qui produit, qui innove et qui reste ! »

Les techniques d’individualisation et de customisation de la relation marque-consommateur inspirent de plus en plus les approches entre collaborateurs au sein de l’entreprise. Il s’agit alors de jouer sur l’attractivité, le développement et la fidélisation en interne pour s’assurer de la « bonne santé » de chaque acteur.

Plus d’engagement, plus d’horizontalité, plus d’humanité

La « génération C » s’attend à plus de libre-expression, de transparence et d’échanges dans le cadre professionnel. Plus important encore, les jeunes collaborateurs recherchent le sens et l’épanouissement personnel dans tout ce qu’ils entreprennent et s’attendent à plus de reconnaissance de la part de leurs pairs et/ou de leur hiérarchie. Les RH peuvent ici intervenir pour développer un management spécialisé ou la création de communautés dédiées.

Une main-d’œuvre élargie

Freelance, travailleurs indépendants… de nouveaux collaborateurs non-salariés font grossir les effectifs. Un autre enjeu pour les RH qui doivent s’adapter à la diversité des profils.

L’usage du Big Data et de l’analytique RH

Comme pour tout segment consommateur, il s’agit aujourd’hui de mieux connaître ses collaborateurs pour pouvoir anticiper des actions personnalisées auprès des salariés à risque. Mutualiser data mining et intuition pour prévenir avant de guérir !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.