habillage
premium1
habillage
actu_18793_vignette

Les Français et la publicité : désamour toujours

Le 18 oct. 2013

L’image de la pub se dégrade davantage que celle des grandes marques : elle passe de 4.7 sur 10 en 2004 à 4.2 en 2013.

Le nombre de publiphiles diminue (de 20% à 14%) au profit des publiphobes (de 25% à 33%), révèle le nouveau baromètre Publicité & Société créé à l’initiative de l’agence Australie et réalisé par TNS.
La publicité intéresse moins que les JT, la vie politique ou les programmes TV car, contrairement à eux, elle ne s’est pas renouvelée précise l'étude.  La publicité était une source d’intérêt à 32% en 2004 contre seulement 23% aujourd’hui.
L’intérêt pour la vie politique a augmenté de 34% à 52% (avec un pic à 67% lors de la campagne présidentielle de 2007).  Celui pour les programmes de la télévision aussi (il est passé de 46% en 2004 à 65% en 2008, avant de redescendre à 54% en 2013).
Avec la démultiplication des canaux d’exposition, la pub est perçue comme plus banale (57% des Français contre 64% aujourd’hui), envahissante (73% contre 79%) et intrusive (85% contre 78%). Plus frileuse, moins provocante, la publicité distrait moins (de 54% à 48%) et convainc moins (de 54% à 47%).

Par ailleurs le baromètre révèle que les Français sont devenus bien plus exigeants avec les marques. La note moyenne attribuée aux grandes marques reste stable sur la décennie (6.0 sur 10 en 2004, 5.9 en 2013). Mais les Français y sont de plus en plus indifférents (59% vs 69%). Ils ont moins de « marques préférées » (63% en 2013 contre 49% en 2004).
Les Français sont de plus en plus sélectifs avec les marques qu’ils aiment, et ceci pour 2 raisons, selon le Baromètre:
• La valeur des grandes marques n’est plus perçue comme clairement supérieure à celles des MDD, dont la qualité s’est beaucoup accrue.
• Les consommateurs n’ont plus l’impression que les marques s’adressent à eux de manière respectueuse et intelligente (seuls 46% disent qu’elles leur parlent comme à quelqu’un d’important (-5), 45% comme à quelqu’un qui fait attention à ce qu’on lui raconte (-11), 41% comme à un adulte (-15) et 30% comme à quelqu’un d’intelligent (-14)).

 

 

Adrien de Blanzy - Le 18 oct. 2013
premium 2
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.