actu_19057_vignette

La mode percue par les cinquantenaires

L'observatoire des quinqas de Balsamik révèle que les femmes cinquantenaires se sentent incomprises par les marques de mode.

Lancé, il y a quelques semaines par le groupe Redcats Senior Brands, BALSAMIK.fr a pour ambition de devenir la marque de mode iconique des quinquas. Après ce lancement propulsé par l'agence Thomas Marko & Associés, la nouvelle marque a dévoilé les premiers résultats de l'observatoire des Quinquas, réalisé avec Ipsos. L'étude révèle clairement, que les quinquas d'aujourd'hui, ne sont plus celles d'il y a quelques années. Elles déclarent d'ailleurs se sentir plus épanouies à leur âge, que plus jeunes.

68 % des quinquas se sentent plus heureuses qu’à 20 ans. Cet épanouissement autour de la cinquantaine repose essentiellement sur trois piliers : l’acceptation de soi (72 % d’entre elles s’acceptent telles qu’elles sont contre 62 % des 25-44 ans), l’estime de soi (48 % des quinquas se sentent belles) et enfin la confiance en soi pour 72 % d’entre elles.

92 % des 45-60 ans se sentent jeunes dans leur tête. Plus précisément, elles ont l’impression d’avoir en moyenne 13 ans de moins que leur âge réel. Ce sentiment d’être plus jeune n’est pas seulement mental, mais aussi physique puisque 65 % considèrent qu’elles paraissent moins que leur âge. Le besoin de s’amuser et l’envie de plaire, souvent associés à la jeunesse, sont les moteurs de cette génération épanouie. Ainsi 68 % d’entres elles estiment « qu’elles cherchent avant tout à se faire plaisir ». Et au fil des chiffres, on découvre des femmes hédonistes et sans complexe : elles aiment s’amuser (88 %), sortir avec leurs amies (75 %), danser (61 %). Elles se décrivent joyeuses (87 %), gourmandes (88 %) et même blagueuses (70 %). Et surtout, l’envie de plaire reste une préoccupation majeure pour 68 % d’entre elles.

 

Si elles s’affirment épanouies dans leur vie, la mode reste un domaine dans lequel elles déclarent se sentir négligées et incomprises.
Mais ce n’est pas par manque d’envie, au contraire : 57 % des quinquas « aiment se tenir au courant de la mode et des dernières tendances ».
Pourtant, malgré ce fort intérêt, la moitié d’entre elles ne se « reconnaît pas dans la mode d’aujourd’hui ». Comment expliquer ce décalage ? Principalement par l’inadéquation entre l’offre mode et leur évolution morphologique. Ainsi, à 20 ans, elles faisaient majoritairement une taille 38, contre principalement du 44 aujourd’hui. 41 % des quinquas sont en effet en situation de surpoids.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.