Rainbow Flag

Jeunes LGBT au travail : La France en retard ?

Le 17 mai 2017

Qu’est-ce qu’être LGBT au travail, en 2017 ? Petit état des lieux, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie.

Dans son rapport annuel publié le 10 mai 2017, l’association SOS homophobie a recensé 1 575 témoignages d’actes anti-LGBT en 2016. C’est 20% de plus par rapport à l’année précédente. Qu’en est-il dans le monde du travail ? Pour la troisième année consécutive, le réseau LGBT du Boston Consulting Group a mené une enquête sur les « attentes et les perceptions des LGBT vis-à-vis du monde professionnel. » Au total, 1 636 personnes ont été interrogées (étudiant-e-s ou jeunes diplômé-e-s) entre mars et avril 2017. Pour la première fois, les répondants proviennent de trois zones géographiques européennes : France, Royaume-Uni/Irlande, Allemagne/Autriche.

Premier enseignement de cette étude, on y apprend qu’« un LGBT sur cinq n’a pas fait son coming out au travail (la même proportion que vis-à-vis de leur famille) ». En France, seule la moitié des répondants affirment qu’ils pourraient répondre « tranquillement à une question de leur manager sur leur relation. » C’est 13 points de moins qu’au Royaume-Uni. Ils seraient également peu enclins (25% se disent mal à l’aise) à « refuser une mission dans un pays où l’homosexualité est criminalisée. » Dans un article du 17 mai 2016, le quotidien britannique The Independent rappelait qu’être gay ou bisexuel demeurait passible de la peine de mort dans 13 pays. Les relations homosexuelles, quant à elles, restaient illégales dans 74 pays.

Insultes, menaces, agressions au travail

Dans le volet « travail » de son rapport, SOS homophobie note qu’en 2016, « le profil des victimes de LGBTphobies est assez similaire à celui de l’année précédente, malgré quelques évolutions. Cette année, les cas d’insultes, de diffamation, de menaces et d’outing augmentent légèrement tandis que les cas d’agression (physique ou sexuelle) et de licenciement restent stables. »

La faute au contexte national ? Dans son édito, l’association souligne que les avancées en matière de droits LGBT de ces dernières années (mariage pour tous, droit à l’adoption aux couples de personnes de même sexe, simplification du changement d’état civil pour les personnes trans…) ont « donné lieu à l’expression d’une violence extrême mais malheureusement tolérée. » A cet égard, l’enquête du Boston Consulting Group révèle que « seuls 25% des répondants français pensent que les entreprises du pays sont avancées sur les sujets LGBT, contre 40%+ en Allemagne et 70% au Royaume-Uni. » Légère amélioration, toutefois : « Seuls 30% des LGBT français pensent que faire son coming out au travail peut être un désavantage, contre 50% il y a deux ans. »

Enfin, de manière plus générale, les secteurs des médias et de la communication ainsi que le secteur public apparaissent comme davantage gay-friendly. « A l’inverse, note l’étude du Boston Consulting Group, l’industrie et le secteur financier (banque, assurance) confirment leur faible attractivité. » 60% des personnes interrogées pensent qu’y faire son coming out n’est pas un avantage.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.