Hadopi entre rejet et indifférence

Dans le contexte de l’envoi début octobre des premiers emails d’avertissement aux internautes soupçonnés de télécharger illégalement des contenus, LH2 et ZDNet.fr dévoilent les résultats d’un sondage portant sur l’opinion des français face à la mise en application de la loi Hadopi. L’inutilité de la loi Hadopi est l’idée qui émerge le plus nettement en fédérant 47% des Français, proportion qui atteint 54% parmi les internautes.

 

Dans le détail :

30% des Français et 34% des internautes s’accordent pour juger cette loi absurde, dans la mesure où les « pirates » parviendront à la contourner : une loi somme toute inefficace vis-à-vis des contrevenants qu’elle cherche à identifier et sanctionner.

Par ailleurs, la pérennité de la loi Hadopi est questionnée par 17% des Français et 20% des internautes, qui estiment que sa mise en application est concrètement impossible, et ce malgré l’envoi au début du mois d’octobre des premiers mails d’avertissement.

Par ailleurs, 37% des Français signalent leur désintérêt pour la loi Création et Internet. Les internautes semblent légèrement plus impliqués, même si 30% d’entre eux déclarent ne pas s’en préoccuper du tout, soit une proportion non négligeable.

Seuls 13% des Français et 14% des internautes estiment que la loi Hadopi aura un effet positif de dissuasion vis-à-vis du téléchargement illégal.

 

Parmi l’ensemble des Français comme pour les internautes, les opinions sont fortement corrélées à l’âge :

¾ des 18-24 ans adoptent une posture ferme de rejet, en mettant en avant l’absurdité d’une loi facilement contournable par les gros téléchargeurs (45%) ou l’impossibilité concrète de sa mise en application (29%).

Les 35-49 ans ont la plus forte tendance à considérer que la loi Hadopi aura un effet positif en dissuadant les « pirates » de télécharger (17%).

L’intérêt pour le sujet décroît avec l’âge : les plus de 50 ans sont les plus enclins à ne pas se sentir concernés (39% parmi les internautes, 50% sur l’ensemble de la population française).

La répartition géographique joue par ailleurs un rôle important sur les opinions des internautes :

L’intérêt pour la loi Hadopi est plus marqué parmi les internautes d’Ile-de-France que chez leurs homonymes de Province : un tiers de ces derniers déclare ne pas s’intéresser au sujet, contre un quart en Ile-de-France.

Les internautes résidant en Province croient davantage à la pérennité de la loi Hadopi : seuls 18% d’entre eux estiment que la loi Hadopi appartiendra vite au passé, contre 27% des franciliens. Ils sont également plus nombreux à estimer que cette loi aura un effet positif (15%, contre 9% en Ile-de-France).

 

Enquête réalisée par téléphone les vendredi 29 et samedi 30 octobre, auprès d’un échantillon national représentatif de 962 individus âgés de 18 ans et plus, structuré selon la méthode des quotas.

 

 

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.