actu_13650_vignette_alaune

Devenir un autre mais en mieux sur Facebook

Les hommes désirent apparaître drôles et excentriques et les femmes veulent être parfaites ! Ce sont les résultats d'une étude commandée à Ultra You par Intel sur le thème des médias sociaux.

L'enquête pointe du doigt le changement des comportements des internautes souhaitant donner la meilleure image d'eux mêmes en voulant  apparaître plus populaires, plus attirants, plus intelligents ou plus excentriques. Cette tendance est valable en France mais dans le reste de l'Europe ainsi qu'au Moyen-Orient. Bref sur les médias sociaux devenons tous formidable!

Selon l'étude, le désir de projeter un personnage "ultra-soi" se reflète chez plus de la moitié (53 %) des interrogés, qui désirent ressembler plus à la personnalité qu'ils décrivent sur les médias sociaux. La façon de créer des profils améliorés varie. Mais dans tous les pays, les utilisateurs cherchent à utiliser divers "mensonges sociaux" pour se rendre plus impressionnants, plus attirants et plus intéressants auprès du public en ligne,  constitué d'amis et de famille. Ce sont les femmes qui apparaissent les plus susceptibles de manipuler leurs profils en ligne en sélectionnant soigneusement des photos de profil flatteuses, tandis que les hommes se concentreront plus sur la publication de contenus qui les feront paraître plus drôles et plus extravagants.  Les variations entre les pays reflètent des différences culturelles; ainsi, les personnes interrogées en Égypte et aux Émirats Arabes Unis cherchent à créer une aura intellectuelle autour de leurs publications en ligne, afin de paraître plus intelligents, alors qu'aux Pays-Bas et en République Tchèque, on cherchera plus à mettre en avant sa famille ou ses animaux familiers.

La plupart des personnes interrogées dans le cadre de l'étude ont admis manipuler leurs images en ligne, afin d'impressionner autrui (59% des hommes et 56% des femmes). C'est la perspective de trouver l'amour ou de se faire des amis qui a été la plus citée pour justifier ces "mensonges sociaux" et de manière significativement supérieure pour les femmes (51%) que pour les hommes (40%).

Mais comment voir que quelqu'un ment en ligne ? Presque la moitié (48%) des personnes interrogées déclarent que ce sont certaines publications qui apparaissent "trop belles pour être vraies" qui trahissent leurs auteurs, tandis que le même nombre de personnes disent pouvoir voir la différence entre les actions réelles de quelqu'un et ses déclarations sur Internet. Les photos travaillées artificiellement sont également citées comme des indices importants par 46% des interrogés.

Enfin si tout est manipulable sur Facebook, il reste également un terrain sur lequel les internautes ne souhaitent pas s'exprimer. 91 % d'entre eux sont d'accord pour dire que certains sujets devraient rester privés et ne pas être abordés en ligne. L'opinion selon laquelle certaines personnes dévoilent trop de détails et d'informations qui devraient rester privées est presque aussi courante (85%). Les générations futures d'utilisateurs de médias sociaux feraient bien de surveiller leur comportement sur Internet, puisque la vaste majorité des personnes interrogées (89%) déclare qu'il est important que les parents inculquent de meilleurs agissements en ligne à leurs enfants.

La grossièreté et le partage d'informations trop privées constituent deux  réelles bêtes noires, et sont cités par 57% des interrogés comme une cause importante d'irritation. Suivent de très près la publication de détails quotidiens banals et sans intérêt (55%) et les photos explicites ou inappropriées (54%). A la même question, les Américains tendent plus à évoquer les gens qui se plaignent constamment (59%).

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.