habillage
premium 1
premium1
actu_16707_vignette_alaune

Comment les urbains gèrent-ils leur vie privé sur le net?

Le 8 avr. 2013

Selon Iligo 70% des urbains sont conscients de la valeur commerciale des informations personnelles laissées sur internet. 39% d'entre eux estiment qu’il est légitime d’obtenir quelque chose en échange de cette valeur commerciale.

Selon Iligo, les internautes urbains se déclarent majoritairement peu ou pas du tout inquiets quant à l’utilisation qui pourrait être faite de leurs données personnelles sur internet (39% d’inquiets). Leur degré d’inquiétude se renforce dès lors qu’ils projettent cette situation sur un membre du cercle familial : pratiquement 1 urbain sur 2 se dit alors inquiet.

 

66% des urbains estiment bien contrôler les informations personnelles qu’ils laissent ou qu’ils publient sur internet.

Concernant les réseaux communautaires, les urbains privilégient là aussi une attitude de maîtrise dans la diffusion de leurs informations personnelles.  Ainsi, pour préserver les informations accessibles sur les réseaux sociaux, les urbains interviennent majoritairement en amont : 63% n’acceptent pas toutes les demandes de contact  et 57% ont déjà modifié leurs paramètres de confidentialité.

Par ailleurs des changements s’opèrent: 44% des interrogés ont déjà supprimé des contacts de leur réseau, 39% ont déjà supprimé des informations qu’ils avaient renseignés à l’origine. 29% ont déjà supprimé des commentaires / des photos laissés par des personnes de leur réseau ou demandé à ces personnes de les retirer.

Certains modèrent même leur activité sur les réseaux sociaux : 35% ont déjà limité leurs échanges (ils reçoivent des informations mais n’en diffusent pas).

 

Iligo précise que ce sentiment de maîtrise n’empêche pas les urbains de diffuser de nombreuses informations sur la toile. Des informations qui, selon leur nature, sont laissées avec plus ou moins de facilité. Les informations telles que le sexe, le niveau d’étude, le statut (célibataire, marié…), l’e-mail, les goûts & centres d’intérêts ou encore le nom sont aisément diffusés sur la Toile.

Viennent ensuite des informations plus « sensibles » que les urbains ont plus de réticences à communiquer : leur positionnement géographique, des informations sur les membres de leur famille (sexe, âge…), le nom de leurs écoles et de leurs entreprises, ou encore leur numéro de téléphone.

Enfin, même si leur diffusion tend à se développer, les réserves les plus importantes concernent la publication de photos et de vidéos dans lesquelles ils apparaissent.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.