Cartographie des usages des internautes en Europe

Dans le cadre d’une étude en triptyque sur le Social Media, eCircle, spécialiste de l’email marketing, a interrogé plus de 5 400 internautes dans 6 pays d’Europe sur leurs pratiques en matière de Social Media et d’Email. L’objectif était d’établir une cartographie des usages des internautes du Royaume-Uni, d’Allemagne, des Pays-Bas, d’Italie, d’Espagne et de France en la matière afin d’observer ce qui les motive, quelles interactions existent entre ces deux canaux de communication et de quelle manière ils cohabitent.

 

Les résultats indiquent que plus de la moitié des répondants utilisent 3 moyens de communication : les réseaux sociaux, l’Email et les newsletters.

 

En Allemagne, en France et aux Pays-Bas, 1/3 des répondants peuvent être contactés via des newsletters et non pas par le biais des réseaux sociaux.

 

Dans les TOP 3 des réseaux sociaux, Facebook arrive en tête dans à peu près tous les pays, excepté aux Pays-Bas où Hyves, le réseau social national, est largement premier (80%).

 

On observe que le panorama des réseaux sociaux allemand est beaucoup plus fragmenté que dans le reste de l’Europe : alors que Facebook est premier partout avec en moyenne 95 % des suffrages, les réseaux sociaux locaux sont plus présents en Allemagne où Facebook arrive en tête avec seulement 60% des suffrages.

 

Avec 87 amis en moyenne, les socionautes italiens sont ceux qui cumulent le plus grand nombre de contacts dans leurs différents réseaux en comparaison des 5 autres pays étudiés.

 

L’Allemagne et la France arrivent en dernière place avec une moyenne respective de seulement 57 et 53 contacts. 

 

Dans tous les pays, environ 90% des socionautes consultent leur profil « au moins une fois par semaine ».

Ce sont les Italiens les plus friands de Social Media : 18% des répondants italiens consultent leur profil “au moins une fois par semaine” et 76 % d’entre eux le consultent “au moins une fois par jour”.

 

Environ 1/3 des socionautes anglais sont fans d’une marque ou d’une entreprise qu’ils suivent.

Les Allemands en revanche sont les Européens qui suivent le moins les entreprises sur les réseaux avec un taux de 15 % d’intéressés seulement.

 

 

Les internautes anglais et allemands utilisent leur compte de messagerie pour commander ou effectuer des achats en ligne plus souvent que les autres, soit 46% d’internautes anglais et 36 % d’internautes allemands contre 16 % seulement d’Espagnols.

 

Dans tous les pays, la plupart des socionautes utilisent leur compte de messagerie pour recevoir des notifications de leurs réseaux sociaux. C’est le cas de l’Espagne qui arrive en tête avec 75 % des répondants adeptes de cette pratique.

 

Consulter son compte de messagerie quotidiennement semble être une habitude dans tous les pays observés.

Consulter ses Emails sur un mobile est plus commun en Italie (26 %), au Royaume-Uni (25%) et en Espagne (24%) que dans les autres pays.

 

En Allemagne, en Italie, en France et aux Pays-Bas, environ 90% des répondants sont inscrits à des newsletters.

En revanche, au Royaume Uni et en Espagne, la part de répondants inscrits à des newsletters est moins importante (environ 70%).

 

La fonction “Partager avec votre réseau” (PAVR) est moins connue et utilisée par les Européens juste abonnés à des newsletters (de 6 à 12%).

Les utilisateurs de Twitter abonnés à des newsletters sont les répondants les plus  habitués à cette pratique (autour de 20%) notamment en comparaison avec les utilisateurs de Facebook (de 9 à 14%).

 

Cette enquête menée auprès des internautes de 5 pays d’Europe démontre la maturité de certains pays au vu des pratiques les plus répandues. Les Anglais et les Italiens par exemple, parce qu’ils ont de nombreux contacts dans leurs réseaux, génèreraient l’effet viral le plus important en cas de recommandations ou de partage d’informations. Ainsi un message partagé par un Italien peut, potentiellement, atteindre 87 connexions s’il est partagé avec la totalité du réseau d’une personne, 77 connexions, s’il s‘agit d’un Anglais.

Pour les responsables marketing actifs dans plusieurs pays européens, les résultats de cette étude permettent d’appréhender les habitudes et pratiques des internautes afin de mieux cibler les actions de communication à mettre en place, les réseaux sur lesquels il faut être présents et quelles réponses on peut attendre de leur part :   viralité des messages, partage d’informations, recommandations, achats en ligne etc.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.