premium
premium

Bilan du marché du Livre 2010

Le 14 juin 2011

268 millions d’ouvrages vendus neufs pour un chiffre d’affaires de 2,8 milliard d’euros.

Selon une enquête réalisée par Ipsos MediaCT, la littérature générale au grand format représente à elle seule 26% du chiffre d’affaires devant la jeunesse (17%), la littérature poche (16%), la bande-dessinée (12%), les ouvrages pratiques (11%), les beaux-livres (6%), les guides touristiques et les cartes (6%), le parascolaire et les dictionnaires (5%) et l’Informatique (1%)

 

Les résultats indiquent que les ventes en ligne représentent désormais 9% des ventes totales de livres en valeur, et 8% des ventes en volume. Ce circuit se situe derrière les librairies indépendantes (40% des ventes en valeur), les grandes surfaces culturelles (31% des ventes en valeur) et la grande distribution (20% des ventes en valeur). Le poids des ventes en ligne varie selon les marchés : plus élevé sur les sciences humaines et techniques (plus d’un ouvrage sur cinq est acheté en ligne), Internet représente déjà en 2010,  11% des ventes de romans et essais en grand format

 

Meilleure vente 2010 : « Indignez-vous » de Stephane Hessel, au prix de 3 euros, qui a vu ses ventes s’envoler à la fin de l’année porté par les libraires. Parmi les essais, les mieux vendus, arrivent ensuite « Métronome » de Lorànt Deutsch qui avait déjà crée la surprise en 2009 et Florence Aubenas « Le Quai de Ouistreham » au coude à coude avec Jean d’Ormesson «C’est une chose étrange à la fin que le monde ». Coté romans, c’est Katherine Pancol qui arrive en tête avec « Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi », suivie de Michel Houellebecq « La Carte et le territoire » (Goncourt 2010) et Guillaume Musso « La fille de papier ».

 

Véritable phénomène de l’année 2010, le succès rencontré par Pierre Dukan avec son ouvrage « Je ne sais pas maigrir » qui a permis une progression des ventes de 3% en volume.

 

 

Si le marché des arts de la table continue à progresser sous l’impulsion des hypermarchés qui développent des exclusivités enseignes, le marché des coffrets contrairement à 2009 , semble montrer des signes de ralentissement.

 

Les ventes de littérature au format poche accusent cette année un recul (-3% en volume). La bonne tenue du marché de la jeunesse ne permet pas de compenser la baisse qui a suivi le succès phénoménal rencontrée par la saga « Twilight » de Stephenie Meyer en 2009 (- 6% en volume ; - 10% en valeur).

 

Plus d’un titre sur deux parmi les 10 meilleures ventes de romans en grand format est de la bit-lit (littérature mordante pour jeunes filles). Les ventes de bande-dessinées (albums et mangas) baissent de -6% en volume, mais l’augmentation du prix moyen sur les albums permet au marché de contenir la baisse de chiffre d’affaires (-2%)

 

On observe un recul du chiffre d’affaires particulièrement marqué en librairies et en hypermarchés alors que le chiffre d’affaires dans les grandes surfaces culturelles progresse.

L'ADN - Le 14 juin 2011
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.