habillage
premium1
premium1
actu_12390_vignette_alaune

A quoi rêvent les 18/25 ans

Le 19 mars 2012

Qui sont les jeunes ? Quelles sont leurs envies et ambitions ? Lors d'une conférence, l'Institut d'étude Inter°view Innovative a dressé 3 portraits de cette jeunesse bien plus positive que ce qui est raconté...

Christine Pollet, directrice générale d'Inter°view Innovative! en conclusion de la présentation de cette étude qualitative intitulée "Limit - No Limit"  insiste:" les jeunes ne sont pas du tout dilettante, c'est l'inverse de ce que raconte les sondages. Ce sont des jeunes prudents".

A quoi rêvent-ils ? En majorité, ils rêvent de s’expatrier, partir à l’étranger pour vivre une expérience ‘loin du nid’ et se construire. Or, ce  désir d’expatriation reste souvent à l’état de rêve en raison de l’existence de nombreux freins (perte de ses habitudes et du confort matériel, distanciation subie du cercle familial et amical, absence d’économies suffisantes, manque de diplômes pour obtenir un bon job, manque d’audace…).

Inter°view Innovative a dressé trois portraits de ces jeunes : Les Ambitieux, les Hédonistes et les Engagés.

Si Les Ambitieux veulent avant toute chose réussir, ils sont dôtés d'une forte determination, d'une belle confiance en eux et savent qu'ils devront faire des sacrificies et des concessions pour arriver à cette réussite. Ils recherchent le confort matériel et financier, être reconnu donc accéder à un poste gratifiant, accéder au luxe et au pouvoir, être libre et auto-entrepreneur.

Ce qui compte le plus pour Les Hédonistes, c'est leur épanouissement personnel et  profiter de la vie avant tout. Ils cherchent  par tous les moyens la valorisation du bien être, l'équilibre dans leur vie,  profiter  du moment présent. Les moyens mis en place consistent à  concilier travail et passions, à larbitrage entre contraintes et bénéfices personnels et au droit à la procrastination.

Les Engagés prônent l’engagement en faveur d’une cause ou d’un mode de vie pour réinventer la société et donner du sens à leurs actes. Partage et altruisme, solidarité, responsabilité, agir pour soi et pour les autres représentent leurs principales aspirations. Les moyens mis en œuvre tournent autour de la réflexion permanente sur l’environnement, de la remise en cause des clichés / idées reçues, de l’inventivité et de fortes exigences à l’égard d'eux-mêmes.

 

Ils ont une vision de la société très forte, ont conscience de vivre dans un pays libre démocratiquement où les opportunités individuelles existent. Ils restent optimistes et croient en leur possibilités. Ils respectent les règles de vie imposées par les parents et la société et les recommandations / interdictions des institutions sont perçues comme nécessaires pour le maintien de l’ordre social mais jugées parfois trop coercitives. Néanmoins ils veulent s'amuser et se mesurer à eux-même, prendre conscience de leurs propres limites.

 

S'ils aiment tester leurs limites, ils ne sont pas forcément fans de certaines provocations : celles véhiculant des addictions, des univers trop noirs ou le sexe gratuit tels qu'ils sont montrés dans les media ou certaines publicités (Abercombrie & Fitch, Diesel, Plymouth). En revanche ils aiment le dépassement sportif avec Nike, Quicksilver, celui du jeu avec Killzone 3, ou encore Koh-Lanta. Sur le thème 'profiter', ils associent certaines marques comme l'Iphone, Ebay ou citent les bureaux de Google à Zurich. Sur la notion "d'engagement", ils plébiscitent Repetto (pour son savoir faire artisanal), Veja (écolo), Adidas sur son programme Sudhaar, le Sac à Sapin, Alter Eco et Gerblé. Sur la notion de "liberté", ils choississent Blacberry, la carte Fnac qui offre des bons plans, la banque ING direct disponible 7j/7, 24h/24 et Free mobile qui lance un forfait illimité dans engagement.

 

Selon Mus Benassem, associé chez Inter-view Innovate : "Les marques devront prendre en considération l'attente toujours aussi forte d'aide et d'accompagnement, mais en même temps intégrer dans leur réflexion cette forte revendication d'idéntité multiple émanant des 18-25 ans qui affirment leur désir de ne pas se sentir stigmatisés, infantilisés ou culpabilisés".

 

 

 

 

 

L'ADN - Le 19 mars 2012
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.