habillage
premium1
habillage
actu_18369_vignette_alaune

A quoi pensent les jeunes ?

Le 19 sept. 2013

Les jeunes ne sont pas égoïstes et insouciants comme veulent bien les montrer les clichés. Les 18/30 ans seraient plutôt heureux et préoccupés par les mêmes choses que les plus âgés: l'amour.

NEON, le mensuel de Prisma Media a mené une étude sur les 18/30 ans en partenariat avec les instituts Think Out et Opinion Way à l'issue de laquelle 5 familles de nouveaux adultes ont été définis : "Les décompléxés" (15%) qui sont de loin les plus "équilibrés" mais surtout les plus optimistes de ces 5 familles. Ils acceptent leur situation mais ne s'en contentent pas. Ils portent un regard positif sur leur génération qu'ils trouvent moins névrosée et plus sexy que celle de leurs parents par exemple. Ils sont adeptes des nouvelles technologies et se placent davantage vers des valeurs de réussite et d'autonomie.

A contrario, "Les déclassés récupérés" (13%) même s'ils sont moins nombreux, semblent plus pessimistes sur leur vision de la vie en général et sur la leur en particulier. L'étude révèle qu'ils ont souvent des formations universitaires mais de faibles revenus ou pas d'emploi. Ils rejettent le système, l'hédonisme, l'ouverture, le changement, la consommation et sont contre le mariage pour tous. Ils sont en revanche très proches de leur entourage.

"Les contestataires" (20%) qui ont plus de 25 ans, ont envie de rêver et sont sensibles aux inégalités sociales. Sensibles à l'écologie, ils le sont beaucoup moins à la France et de ses valeurs. Ils rejettent le système et ses valeurs, l'argent, le pouvoir, la réussite sociale... Ils associent le travail au stress.

Bien plus optimiste l'étude révèle la famille  "Les Tout pour ma gueule", une famille bien moins sensible aux problèmes du monde ou aux inégalités sociales. S'ils sont assez pessimistes sur l'avenir de la France, ils pensent qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Ils sont autonomes, attirés par le pouvoir et la réussite.

"Les volontaires altruistes" (31%) ont eux le souci de la relation sociale, de la justice et veulent s'investir dans un rôle de citoyen du monde. Ils considèrent le travail comme une valeur forte.

 

Par ailleurs, une étude quanti qui a interrogé 809 personnes âgés de 18 à 30 ans dresse le portrait de cette génération, trop souvent caricaturée. Ces derniers se voient comme une génération plus égoiste (64%) que celle de leurs parents et plus impatiente aussi (45%) ils se définissent en revanche comme des êtres "heureux" mais aussi "fatigués". Bienveillance (16%), Universalisme (12%), Autonomie (10%), réussite (10%) sont leurs valeurs.Ils ont le souhait de vivre dans une société plus juste (40%), une nature plus préservé (30%). Côté politique, ils n'adhèrent visiblement pas. L'étude révèle en effet, qu'ils ne se sentent proches d'aucune personnalité politique pour 49% des répondants. 14% d'entres eux ont répondu se sentir proche de Marine Le Pen, 10% de Nicolas Sarkozy, 6% de François Hollande et de Jean-Luc Mélenchon. S'ils sont optimistes sur leurs sorts matérielles et pensent améliorer leur situation à l'avenir (56%), ils le sont complètement moins sur celui de la France : 51% d'entre eux pensent qu'"elle va dans le mur".

 

Retrouvez les résultats complets de l'étude ici

 

 

 

 

 

L'ADN - Le 19 sept. 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.