actu_27091_vignette_alaune

Les chats ne font pas de bons espions

Le 26 juin 2015

Depuis les révélations d’Edward Snowden, vous vous sentez blasés en matière d’espionnage ? Alors découvrez ce projet de chats espions... cruel, absurde et très, très cher.

Le site Wikileaks a révélé il y a peu la mise sur écoute des trois derniers présidents français par la NSA : Chirac, Sarkozy et Hollande. Un scandale pour certains qui s’en étonnent, tandis que la plupart estiment cette pratique frauduleuse évidente puisque pratiquée depuis toujours par le gouvernement américain. Les américains seraient-ils passés maîtres dans l’art de l’espionnage ? Peut-être pas les premiers sur le podium, mais force est de constater que les services secrets travaillent depuis longtemps au perfectionnement de leurs moyens. Preuve en est avec cette histoire étonnante, sortie des archives de la CIA et relatée par le magazine américain The Atlantic : celle, du chat espion. En pleine guerre froide les américains avaient échafaudé un plan aussi absurde que sadique pour espionner les soviétiques à leur ambassade à Washington. Le projet baptisé Accoustic Kitty, visait, comme son nom l’indique, à implanter chirurgicalement à des chats des micros et des radioemetteurs.

« Ils ont ouvert un chat en deux, implanté des piles à l’intérieur du corps et l’ont connecté. », témoigne Victor Marchetti assistant du directeur de la CIA dans les années 60 dans The Wizards of Langley de Jeffrey Richelson. « La queue de l’animal servait d’antenne. Ils ont commis une monstruosité. ».

Un projet qui a coûté presque 10 millions de dollars et qui s’est avéré un véritable flop. La première expérimentation s’est en effet très mal déroulée : une fois libéré de la camionnette de la CIA, le chat s’est élancé vers l’ambassade et… PAFF le chat ! Écrasé par un taxi.  « Ils étaient là, assis dans le van, » raconte  Victor Marchetti, « et le chat était mort. »

La CIA a donc dû se résoudre, former des chats espions n’était pas chose aisée. Elle a donc mis fin au projet Accoustic Kitty comme indique un document officiel. Une note qui se conclue par un hommage rendu à l’équipe dédiée, à leur « énergie et leur imagination. […] Un exemple pour tous les pionniers de la science ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.