premium 1
premium 1 mobile
vivatech

Viva Technology : bilan 2016 et programme 2017

Le 23 mars 2017

Les 15, 16 et 17 juin 2017 prochains, se déroulera la seconde édition de Viva Technology : l’occasion de dresser un bilan de la première et de faire le point sur ce qui nous attend.

Organisé par Publicis Groupe et le Groupe Les Echos,  Viva Technology revient sur le devant de la scène les 15, 16 et 17 juin 2017. Ce grand rendez-vous mondial de l'innovation réunit les startups et les grands groupes pour leur donner l'occasion d'initier et de développer de fructueuses collaborations. Interview de Julie Ranty et Maxime Baffert codirecteurs de Viva Technology.

Quel est le bilan de Viva Technology 2016 ?

Julie Ranty : le point marquant de 2016 c’est que nous avons monté en six mois l’évènement. C’était en soit une aventure un peu folle, mais cela en valait la peine : le résultat a été au-delà de nos espérances de départ. Nous avons réussi à rassembler 45000 visiteurs dont 5000 startups et à faire venir des speakers du monde entier : Eric Schmidt, PDG d’Alphabet ; Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia ; ou encore Nicola Mendelsohn, vice-présidente de Facebook EMEA. Nous avons eu également de très beaux speakers, particulièrement inspirants pour les jeunes entrepreneurs qui veulent se lancer ou les grandes entreprises qui réfléchissent à leur transformation. Enfin, nous avons noué de beaux partenariats comme Google, Orange, BNP, LVMH, qui, par ailleurs nous font à nouveau confiance cette année.

L’année passée nous permet également de faire le point sur les collaborations qui ont été initiées entre startups et grands groupes à l’issue de Vivatech 2016 : TF1 a notamment investi dans la startup israélienne Wepix. On ne peut pas citer trop d’exemples car beaucoup de choses sont encore confidentielles, ce que nous pouvons assurer c’est qu’il y a eu de nombreux investissements de la part de grands groupes dans des startups, des incubations également, des financements de POC (Proof of Concept), des partenariats de distribution.

 

Le lancement presse de Viva Technology 2017 a eu lieu à l’Elysée. Un symbole fort pour vous ?

J.R.: Déjà l’année dernière l’année dernière, nous avions eu un soutien très appuyé de la part du gouvernement et des organismes publics : être reçu à l’Elysée est une forme de reconnaissance de Vivatech comme un grand événement à dimension mondiale qui reflète tout ce qu’il se passe actuellement dans la FrenchTech et tout l’écosystème français extrêmement dynamique. C’est également pour nous un très gros plus en termes de visibilité et notamment à l’international : en Afrique, aux Etats-Unis, en Afrique. Cette dimension supplémentaire est très précieuse pour nous.

Viva Technology, le CES français ?

(Rires)
J.R.: Nous restons modestes. Le CES a plus de 60 ans derrière lui et 180 000 visiteurs. En termes d’envergure, d’impact, il est vrai que nous aimerions avoir ce niveau, cette stature mais on ne propose pas la même chose à nos visiteurs. Une partie de Vivatech s’apparente au CES, il s’agit de la partie Hall of tech qui présente les plus belles innovations. C’est là notamment que Google a présenté l’année dernière sa self-driving car, ou encore que Playstation a lancé son dernier casque de VR et que FB présentait ses innovations. Mais Vivatech n’est pas que ça. C’est aussi des labs montés autour de la collaboration startups et de grands groupes ; six scènes de conférences avec un programme éditorial qui est particulièrement plus riche que la plupart des évènements internationaux - on a à la fois des grandes têtes d’affiches mais aussi des jeunes talents, des chercheurs, des experts, qui vont être là pour révéler des talents, des nouveaux penseurs mais aussi pour défricher de nouvelles thématiques et des tendances tech. Enfin, il y a une quatrième zone que l’on rajoute cette année à l’événement, la zone Accelerate : il s’agit d’un espace qui propose toutes les solutions qui permettent aux startups d’accélérer leur croissance avec une salle de conférence dédiée à ce sujet, avec des rencontres avec les investisseurs, avec des rencontres avec des partenaires qui peuvent être des solutions de paiements, fournisseurs de CRM, des différentes boites qui ont les startups comme clients.

Quels sont les intervenants dont vous êtes le plus fiers cette année ?

J.R. : Cette année, les thèmes phares seront la réalité augmentée, la réalité virtuelle, l’’intelligence artificielle, l’e-sport, l’e-gaming entre autres. Parmi les intervenants, nous sommes heureux du retour d’Eric Schmidt cette année. Il est rare que les speakers de ce niveau marquent dans leur agenda un événement deux fois de suite, c’est une véritable marque de confiance pour nous. Nous accueillons  également le CEO de Paypal qui a une histoire intéressante à raconter et Daniel Zhang le CEO d’Alibaba. Alibaba c’est une boite mythique mais que l’on connait encore trop peu en France et en Europe : avoir la vision d’un entrepreneur chinois de cette trempe est très important pour nous à Vivatech. Enfin, au sujet des intervenants, nous avons mis un point d’honneur cette année à valoriser ces femmes qui, dans les entreprises, comme dans les startups, ont pris des risques, ont réussi des choses exceptionnelles. Elles serviront de modèle aux autres femmes qui veulent se lancer et se posent encore des questions. Nous souhaitons donner à ces femmes les moyens de réussir leur carrière. Il y a encore trop peu de femmes aujourd’hui dans les filières du digital, de l’ingénierie, et des sciences. Vivatech soutient le « woman empowerement ».

Quelle est la part de startups étrangères cette année ?

J.R.: 35% de startups étaient internationales l’année dernière et on pense qu’on en aura beaucoup plus, car cela fait partie de nos objectifs stratégiques cette année; développer la notoriété de Vivatech à l’international. Nous avons annoncé l’évènement, après Paris, à Londres et à Berlin. En outre, nous accueillerons plusieurs pavillons de pays, comme Israël, la Finlande et beaucoup d’autres qui viennent révéler leurs pépites, leurs jeunes startups à Vivatech. 50 000 visiteurs sont attendus cette année.

Maxime Baffert : Viva Technology a deux objectifs cette année : son internationalisation à tous les niveaux : visiteurs, speakers, partenaires. L’écosystème français a la richesse et le dynamisme pour s’exporter. La plupart de nos interlocuteurs internationaux regardent vraiment la France comme une terre de croissance, d’avenir et ont envie de découvrir les acteurs présents et d’y trouver de nouvelles opportunités.
Le deuxième objectif est de s’enrichir un peu plus de notre expérience, afin de créer au sein de Vivatech encore plus de surprises, de démonstrations ; nous nous devons d’être plus interactifs, de présenter plus d’innovations qui n’auront jamais été présentées ailleurs et qui seront assez spectaculaires.

La nouvelle édition de Viva Technology bénéficie du soutien de partenaires Platinum tels que BNP Paribas, Google, Orange, La Poste qui vont fortement s'impliquer dans l'organisation et la réussite de l'événement. De plus, les partenaires Gold de Viva Technology, au premier rang desquels Accor Hotels, Airbus, Air France KLM, Carrefour, Cisco, ENGIE, LVMH, ManpowerGroup, PMU, RATP Group, Sanofi, SNCF, Sodexo, Groupe TF1, Valeo, Vinci Energies, vont encore faire vivre dans une formule exclusive à Viva Technology l'open innovation et la collaboration entre les startups et les grands groupes. Les partenaires du Hall of Technology et de la Zone Accelerate seront annoncés dans un second temps.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.