habillage
premium1
premium1
actu_32160_vignette

Les BigBoss font du business

Le 7 juin 2016

Pour sa 6ème édition, « Les BigBoss » réunissait 180 dirigeants du E-Commerce et 60 prestataires du digital pour un week-end « business, networking et fun » selon la formule consacrée par le fondateur de l'événement Hervé Bloch.

Hervé Bloch connaît bien l’e-commerce et ses acteurs. Il connaît les offres des prestataires, les problématiques des annonceurs… et, pour une bonne part, le prénom de leurs enfants. Et c’est sans doute l’un des secrets des rencontres des BigBoss. Pendant trois jours, en Crête, face à la mer, et entourés des lauriers roses du domaine de l’Hôtel Out Of The Blue, Capsis Elite Resort, on parle vraiment business le premier jour… et le reste du temps, on en parle encore, mais en profitant d’un moment forcément un peu suspendu.

Dès le vendredi, à la sortie de l'avion, on passe au « Speed dating ». C’est le premier rituel des BigBoss qui permet aux annonceurs de rencontrer, en une heure, douze prestataires sélectionnés en fonction de leurs enjeux. Les prestataires ont eux un double round puisqu’ils peuvent enchainer deux sessions, et donc rencontrer une quarantaine de prospects. Pour tous, la règle est la même : chaque rencontre dure cinq minutes, top chrono. C’est court, mais suffisant pour savoir si on a envie d’aller plus loin… La salle prend des airs de place de marché : ça opine du chef, ça parle vite, ça prend des notes, ça baille, ou ça rallume le fond de l’oeil… mais quand sonne le gong, ça enchaine. L’expérience semble convaincre. « C’est hyper stimulant : j’ai pu voir en deux heures un nombre de prospects équivalent à deux bons mois de travail. Et derrière, je sais que j’ai deux jours pour échanger avec chacun » confie la responsable d’une régie on line. « Je suis déjà venue au BigBoss et je suis revenue avec plaisir parce que j’y ai déjà choisi plusieurs de mes prestataires. Par ailleurs, même si certains proposent des solutions qui ne correspondent pas encore à mon agenda, cela me permet de connaître l’existence de leurs offres. Sur nos marchés où tout change si vite, c’est extrêmement précieux » raconte la responsable de plusieurs sites de mode. En tout, en deux heures de temps, 2 000 rencontres se sont déroulées, et Hervé Bloch suit les résultats de près : « Il faut un an pour pouvoir faire le bilan. Mais sur les deux premières années, nous avons comptabilisés plus de 22 millions de contrats signés. »

Le soir venu, la soirée des BigBoss Idol récompense le meilleur film des prestataires présents. Les uns jouent la carte de l’humour, les autres, plus pragmatiques, expliquent leurs métiers. Cette année encore, Ametix (recrutement de profils techniques) a remporté la mise, suivie de Devatics (logiciel pour gérer l’expérience client) et de Dialog Insight (e-crm pour enrichir l’expérience client). Quant à Webpopulation (agence intégrée), ils ont reçu le coup de cœur du jury avec un montage vidéo effectivement drôle.

Une fois les prix remis, les festivités peuvent commencer. A la nuit tombée, festins et concerts les pieds dans l’eau achèvent le programme (ainsi que certains participants dont l’anonymat est précieusement respecté…). Mais les affaires continuent. « J’ai vu en speed dating le patron d’une boite qui ne m’a pas convaincu. Au hasard des rencontres, j’ai eu l’occasion d’échanger avec son associé. Le courant est mieux passé : il m’a plu, son offre aussi, on a pris rendez-vous » raconte le responsable digital d’un acteur du transport. « Dans nos métiers, on sait que les actions vont être longues, qu’elles seront compliquées, donc il faut vraiment être en confiance avec ses prestataires : parler cash, ne pas se nourrir de promesses, comprendre leur domaine de compétences, et ne surtout pas leur demander de gérer des problématiques qu’ils ne maitrisent pas. Mais plus que la dimension technologique, le facteur humain reste déterminant. On a besoin de travailler avec des gens intelligents qui n’hésitent pas à nous bousculer pour nous aider à améliorer nos résultats. » conclut-il. Mais ce n'est pas tout, le réseau entre pairs fonctionne à plein régime. « Nous nous connaissons tous plus ou moins. Les BigBoss sont une excellente opportunité pour échanger sur les bonnes pratiques, et la qualité des prestataires rencontrés. De manière informelle, on s'indique qui rencontrer, et le tout se fait à n'importe quel moment du week-end » ajoute la directrice du digital d'un acteur de l'assurance.

L’événement est co-organisé avec Ovoyages (tour opérateur spécialisé dans les voyages « tout compris » aux Canaries, en Grèce ou au Monténégro) qui se charge – impeccablement - de la partie logistique : de la sélection du lieu, jusqu’à tous les détails de l’événement.

Prochain rendez-vous, la session d’hiver, aux Arcs, les 9 et 11 décembre. Pour 2017, Hervé Bloch a aussi de nouveaux projets. Deux rendez-vous, réunissant une soixantaine de dirigeants dans des lieux particulièrement inspirants en matière d’innovation (Shangaï, Dubaï…). Le principe resterait le même - connecter annonceurs et prestataires - « mais je crois qu’on ne peut pas faire de vraies rencontres dans des événements qui dépassent 300 personnes. C’est la limite que je m’impose, et la taille atteinte par les BigBoss. Je préfère construire de nouveaux rendez-vous qui préservent l’idée que nous nous faisons des événements : de vraies rencontres, qui génèrent du vrai business. »

Les BigBoss Summer Edition 2016 from L'ADN on Vimeo.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.