Une femme en train de bricoler

FUTUR.E.S : « Nous sommes le festival du numérique post #MeToo »

Le 24 mai 2018

Pour sa neuvième édition, Futur en Seine devient Futur.e.s et entend bien agiter l’écosystème en mettant la tech en perspective avec certains des grands enjeux de notre époque : développement durable, mixité et inclusivité. Rendez-vous du 21 au 23 Juin à la Grande Halle de la Villette (Paris).

La révolution numérique a-t-elle réellement été un levier d’émancipation ? Depuis le scandale des fake news ou de Cambridge Analytica, en passant par les craintes soulevées par les intelligences artificielles, quelques doutes s'élèvent. Pire encore, le milieu de la tech demeure peu égalitaire, et ne concerne souvent qu’une niche d’initiés. Futur.e.s, le plus grand festival du numérique gratuit d’Île-de-France affirme son intention de s’adresser à toutes et tous, pour tenter de sortir enfin le numérique de son enclave et « redonner aux citoyens la main sur leurs futurs ».

Ancrer le numérique dans le développement durable

À l’heure des urgences climatiquesla tech gadget n’est plus de mise. Au contraire, l’accélération technologique peut servir la transition écologique. Plusieurs acteurs de l’innovation verte seront présents, parmi lesquels Oniriq et sa SOLARBOX, un kit solaire pour palier la précarité énergétique. Le festival sera également l’occasion d’essayer les stations portables de mesures environnementales du fablab de Sorbonne Universités : homemade, elles permettent d’effectuer à bas coûts différentes mesures (température, humidité, pression, gaz NOx, ozone ou encore particules) et de les partager en ligne pour cartographier la pollution de l’air. Les tables rondes réuniront experts et expertes,  penseurs et penseuses pour imaginer ensemble un futur plus vert : La pollution, une source d’énergie à reconsidérer ? La nourriture produite in vitro permettra-t-elle de nourrir l’humanité ?

Regardez le futur dans les yeux 👀 © Adrien Malguy / Propsy

Une publication partagée par Futur.e.s Festivals (@futures.festivals) le

Défendre un numérique inclusif et plus égalitaire

« Nous sommes le festival du numérique post #MeToo » annonce Camille Pène, la directrice du festival. De fait, l’édition 2018, FUTUR.E.S défend la vision d’un futur mixte et inclusif. Dans le sillage du mouvement #MeToo, sa programmation de 75 conférences est résolument paritaire avec 50% d’intervenantes parmi lesquelles Julie Owono, directrice d’Internet sans frontières ou Jasmine Anteunis, co-fondatrice de la plateforme de développement de bots intelligents Recast.ai. Côté exposants, l’expérience éducative en VR (S)HE : Sexual Health and Education propose de déconstruire les stéréotypes de genre.

Toujours dans une perspective d’inclusion, le festival entend mettre en avant les innovations à destination des individus en situation de handicap. Les visiteurs pourront notamment découvrir le fauteuil roulant du fablab Polytech’Lille qui offre plus de mobilité et d’autonomie à son utilisateur ou son utilisatrice. Hol’Autisme, la solution en réalité mixte d’Actimage qui aide au développement des jeunes autistes sera également présentée. Par ailleurs, l’ensemble des conférences et masterclass seront sous-titrées à destination des sourds et malentendants grâce à la solution de la startup AVA.

Parce que la mixité passe aussi par l'ouverture à de nouveaux territoires, le festival vous propose un détour vers d’autres valleys avec notamment un focus sur le continent Africain. Rebecca Enonchong, connue pour son travail de promotion de la technologie en Afrique, interviendra en exclusivité. Enfin, la programmation OFF du festival mettra à l’honneur l’ensemble du territoire francilien et ses plus belles initiatives, pendant dix jours jusqu’au 30 juin.

Lève toi et marche ! Quand la technologie aide l'humain #fens2017

Une publication partagée par Futur.e.s Festivals (@futures.festivals) le

Déconstruire les « entre-soi » de la tech

Plus grand festival européen de l’innovation gratuit, FUTUR.E.S a toujours refusé l’entre-soi entrepreneurial et placé la participation et l’immersion de tous les publics au coeur de sa démarche. De fait, le festival demeure gratuit et ouvert à toutes et tous. D’autre part, dans un contexte de prise de conscience accrue des dérives de la surproduction, où les mouvements en faveur du slow fleurissent, le Festival prend le parti de la sélection. À l’opposé des foires à la start-up écrasantes pour les publics, il n’affiche à son programme que 70 démos et prototypes, soigneusement sélectionnés par un jury de Cap Digital.

À la fois aventureux et accessible, le festival Futur.e.s s’annonce comme l’un des rendez-vous incontournable de ce début d’été. Rendez-vous du 21 au 23 Juin pour reprendre ensemble la main sur nos futurs.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.