premium 1
Steve Jobs

Polémique : une rue Steve Jobs à Paris

Le 5 déc. 2016

Une initiative qui ne plaît pas à tout le monde : si certains y voient le symbole de l’innovation, d’autres ne perçoivent qu’exploitation et sa banalisation.

« On se fait un brainstorming autour d’un café, rue Steve Jobs ? » Avouez ça claque… et c’est désormais possible ! En janvier 2017 réouvrira la Halle Freyssinet, transformée, par Xavier Niel, en Station F, un gigantesque incubateur qui accueillera 1000 startups. L’occasion pour Jérôme Coumet, maire socialiste du XIIIe arrondissement de Paris, de faire la part belle à l’innovation : ce dernier a décidé de renommer les quatre rues autour du bâtiment ferroviaire. Il y aura donc la rue Alan Turing, la rue Eugène Freyssinet, la rue Grace Murray Hoper... et la rue Steve Jobs.

 

 

Une initiative votée avec succès, notamment grâce aux élus de droite, mais qui fait grincer des dents les communistes. En cause : Steve Jobs. Dans le communiqué Ada Lovelace plutôt que Steve Jobs, le parti politique précise :

«Le choix de Steve Jobs tombe au plus mal au vu de la réalité de l’héritage qu’il laisse. Son héritage, ce sont tout d’abord les conditions de travail dans les usines sous-traitantes. Les sous-traitants d’Apple en Chine sont connus pour abuser de salaires insuffisants et d’heures supplémentaires forcées. Mais l’héritage de Steve Jobs est aussi dans les pratiques d’optimisation fiscale illégale massives, comme l’a révélé il y a à peine trois mois la très libérale commission européenne. Ce sont près de 13 milliards qu’Apple doit payer aujourd’hui pour compenser le taux d’imposition scandaleux de 0,005 % en Irlande. A l’heure où les peuples payent l’austérité dans leur quotidien et par leurs impôts, ce vol en bande organisée n’est pas un détail de l’histoire d’Apple. »

L’autre raison invoquée par le parti communiste est le respect de la parité homme/femme. « Trop longtemps, les femmes ont été les grandes oubliées de l’Histoire. Cette injustice doit et peut être réparée en leur donnant désormais la priorité dans les nouvelles dénominations. » Les membres du parti propose le nom d’Ada Lovelace pour remplacer celui de Steve Jobs. Fille du poète britannique Lord Byron, elle est connue pour avoir créé le premier programme informatique. C’est une pionnière de l’informatique.

(Crédit photo: US Mission Geneva)
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.