habillage
premium1
premium1
Le logo Nestlé entouré de feuilles sur un fond coloré
© Nestlé

Bonne nouvelle : Nestlé adopte le Nutri-score !

Le 26 juin 2019

Contre toute attente, Nestlé a fini par adopter le Nutri-score en Europe. Ce logo permet d'informer les consommateurs et consommatrices sur les qualités nutritionnelles d'un produit.

Le Nutri-score est un logo conçu par le professeur en épidémiologie nutritionnelle Serge Hercberg et ses équipes. Il associe lettres et couleurs pour attribuer une note scientifique aux produits alimentaires. Apposé sur les packagings de ces derniers, il a pour objectif d'informer les consommateurs et consommatrices sur la qualité nutritionnelle des produits.

Or, il y a quelques années, une coalition composée de Mars, Unilever, Mondelez, PepsiCo, Coca-Cola et Nestlé (surnommés les « Big 6 ») avait choisi de développer un logo trompeur pour les consommateurs. Reposant sur un système de couleurs et fonctionnant par portions, il accordait de bonnes notes à la plupart des produits. 

Pression des associations

Depuis des années, l'association de défense des consommateurs foodwatch milite pour l'adoption généralisée d'un logo coloré obligatoire à l'avant des emballages, partout en Europe et reposant sur des critères scientifiques. L'ONG mène des actions en France, mais aussi en Allemagne et aux Pays-Bas où elle pousse les autorités à adopter le Nutri-score notamment via des pétitions.

Petit à petit, les Big 6 changent de camp

En 2018 déjà, Mars avait choisi de se désolidariser en abandonnant le système de logo trompeur. Depuis, le système choisi par les Big 6 a été suspendu.

La décision de Nestlé pousse le curseur un cran plus loin. « Lorsque la France a adopté le Nutri-score, Nestlé avait choisi le clan des Big 6 », se souvient Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France. « Que Nestlé adopte le Nutri-Score en Europe est donc une vraie victoire et va montrer la voie aux États membres et aux entreprises qui hésitent encore. Nous voulons croire qu'il deviendra bientôt obligatoire pour tous, car c'est là un véritable enjeu de santé publique », espère-t-elle.

ALLER PLUS LOIN

> Michel & Augustin, Yoplait... Comment les ONG font plier les marques qui abusent

> Emmanuel Faber, CEO de Danone : « Sans les grandes marques, le monde aura beaucoup plus de mal à se transformer »

> Quels sont les freins à l'engagement des entreprises ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.