premium 1
premium 1 mobile
actu_25461_vignette_alaune

Sifflez des pizzas trop bonnes

Le 16 mars 2015

La chaîne de Fast Food T.G.I. Friday's s'attire les foudres des twittos en parodiant une vidéo qui dénonçait le harcèlement de rue.

Il y a un plus d’un an, Rob Bliss un créatif indépendant réalisait une vidéo sur les remarques faites aux femmes dans la rue : l’opération intitulée « 10 Hours of Walking in NYC as a Woman » totalise près de 40.000.000 vues sur YouTube. Une jeune femme vêtue d’un simple jean et d’un tee-shirt ras-le-cou se fait aborder à coup de « comment ça va ma belle » ou autres « salut bébé ». Énorme buzz, surtout si on y ajoute toutes les vidéos réalisées sur le même modèle dans d’autres villes (Riga, Dublin …) ou avec d’autres types de personnes (10 Hours of walking as an homosexual, as a musulman, as a jew…).

La dernière en date est signée du réalisateur de la toute première des vidéos, Rob Bliss.  Elle reprend les images de « 10 Hours of Walking in NYC as a Woman ». Mais … surprise, la femme y est remplacée par un snack grossièrement photoshopé. Accompagnée du hastag #appcall (mix subtil entre catcall – siffler une femme dans la rue en anglais – et appetizer - hors d'oeuvre), la vidéo est censée promouvoir la dernière offre des fastfoods T.G.I. Friday's à New-York : où les gâteaux apéritifs et autres snacks sont illimités pour 12$.

Sauf que l’offre n’était apparemment pas assez alléchante pour faire oublier à la blogosphère que la vidéo ridiculisait le travail de l’association Hollaback (qui milite contre le harcèlement de rue) pour vendre des bruschettas, des buffalo wings, et autres mozzarella sticks. Les tweets négatifs affluent en masse depuis quelques jours.

Pourtant de très nombreuses parodies inspirées de la version originale avaient déjà vu le jour, et toutes ne servaient pas à promouvoir une grande cause. Si celle où la Princesse Leia se fait siffler par Luke Skywalker et Obi-Wan Kenobi fait plutôt sourire, celle intitulée  “10 Hours of Walking in NYC as a Lamborghini” n’est peut-être pas du meilleur goût.

Mais il est toujours plus facile pour les internautes de s’en prendre à une société, car les plans de communication sont bien rodés, un hastag unique est déjà prêt, tous les reproches sont donc centralisés et les critiques prennent plus vite de l’ampleur puisque tout le monde connaît déjà la cible des blâmes.

De fait, l'adhésion à la cause féminine est de plus en plus importante (Emma Waston et son action à l’ONU, Ryan Giosling qui se déclare féministe …) et le marketing qui utilise les femmes comme des objets ou qui ridiculisent les actions des associations pour l’égalité des sexes ne marchent plus. Les restaurants TGIF l’ont appris à leurs dépens.

 



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.