habillage
actu_15249_vignette_alaune

Profession kiosquiers

Le 3 déc. 2012

Une recherche anodine peut parfois se révéler une grande idée. En 2007, quatre digitals natives fraîchement diplomés donnaient naissance à lekiosk.

L'histoire commence à New-York quand Michaël Philippe, alors en stage dans son école de commerce, cherche en vain à mettre la main sur le dernier numéro du Point. Après avoir parcouru quelques kiosques à journaux, le jeune français dépité partage le constat avec ses amis d'école et futurs associés, que l'hebdo est introuvable dans la ville qui ne dort jamais. A l'heure de l'internet, cette anecdote leur donne l'idée de créer leur kiosque numérique. En 2007, un an après la création de Deezer et de Netflix, Ari Assuied, Robin Saban, Michaël et Nathaniel Philippe lançaient lekiosk. Ces jeunes entrepreneurs, fruits de la Generation Y, geeks dans l'âme, ont cru à leur idée et n'ont pas laissé passer leur chance «  Nous voulions vraiment nous lancer. Il n'y avait pas encore la crise. Nous ne nous souvenons plus de l'époque où on n'utilisait pas interne » précise Robin Saban. « Nous faisons partis d’une génération qui a le privilège de découvrir le monde plutôt. On est formé à un environnement professionnel différent de celui de nos parents. Internet à changer le gout des gens pour entreprendre » ajoute Nathaniel Philippe.

 

Car, signe du destin, même le nom lekiosk.fr n'avait pas été déposé. Ils ont travaillé d'arrache-pied, calmement pour monter leur service privilégiant la technologie et l'offre avant tout. Après un premier tour de table et des investisseurs qui répondent favorablement à leurs demandes, les 4 associés commencent le tour des éditeurs de presse magazine. Ils sont encouragés mais la crise arrivant, la priorité de ces derniers n'était, alors pas aux projets numériques. Pourtant les fondateurs du kiosk.fr sentent émerger un nouveau type de support avec la sortie de e-reader. « Nous étions convaincu que l’expérience de lecture ne pouvait pas être le même que sur le papier » souligne Ari Assuied. Et c’est sur ce modèle qu’ils commencent à développer leur offre. La suite arrive très vite, puisque quelques années plus tard, Steve Jobs présente son iPad. Et là, les frenchies ont l’idée de développer leur appli avec un kiosque en 3D. « Le concept en 3D est notre valeur ajoutée. On essaie de reproduire l’expérience du réel dans le digital » ajoute Robin Saban.

En moins de deux ans, 700 000 applications ont été téléchargées. Lekiosk compte 100 000 utilisateurs, 30 000 abonnés au forfait de 9.90€ par mois pour un accès à 10 magazines. L’application fait partie du top 4 des applications les plus téléchargées à ce jour sur iPad.  En France, elle équipe déjà 1 iPad sur 4 et 600 titres de presse sont accessibles sur le web, mobile et tablette. Bref le succès est total… Car si les clients ont adopté l’offre, les éditeurs ont été convaincus par cet acteur, depuis son lancement le marché a changé «  En plus du travail d’évangélisation à faire auprès des éditeurs, on constate que le milieu de la presse magazine a beaucoup changé depuis 5 ans. Au début, nos interlocuteurs étaient les directeurs de diffusion. La pub, la rédaction n’étaient pas toujours coordonnées. Aujourd’hui les groupes se sont structurés, nos interlocuteurs pour chaque maison de presse sont les directeurs du digital. Notre force a été de démarré très tôt. Ce qui nous a permis d’être prêts technologiquement à l’arrivée des tablettes » souligne Nathaniel Philippe.

 

 En 2012, lekiosk prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros, en hausse de 400% par rapport à 2011. En novembre dernier, lekiosk  après un nouveau tour de table,  lève 5.6 millions d’euros.

«  Aujourd’hui, nous entamons une phase d’industrialisation de notre modèle afin d’imposer lekiosk comme la première plateforme de magazines en Europe à l’horizon 2015. Le marché des tablettes explose. Il s’est vendu 2 millions de tablette cette année en France, 5 sont prévues dans l’année à venir. En 3 jours Apple a vendu 3 millions d’iPad Mini à travers le monde » précise Ari Assuied.

 

L’innovation reste le sujet principal de développement de ces kiosquiers modernes, qui entendent bien rester l’appli la plus téléchargée sur iPad, créer de nouveaux besoins, offrir une nouvelle expérience de lecture à leurs clients et prochaines conquêtes. Au-delà, ils ont déjà un pied à l’international en Angleterre et en Italie qui sont désormais adeptes du kiosk.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.